Coups de Cœur

Gorinto

Après avoir admiré la beauté de la nature et de t’en être inspiré, il est temps d’ériger le Gorinto, cette magnifique pagode en l’honneur des 5 éléments: terre, eau, feu, air et vide. L’harmonie est néanmoins fragile et les obstacles devant toi sont aussi imposants qu’une montagne. Maitrise donc ces éléments avec précaution car tu risques de te brûler les doigts…

Le matériel en place, ça en jette !

Décrire la beauté avant de la comprendre

Avant d’expliquer l’essence du jeu, je dois d’abord vous décrire les différents éléments de Gorinto.

Le chemin qui entoure la montagne

Au centre de votre paysage, vous avez le plateau principal qui comporte 2 zones importantes :
– un carré de 5×5 cases appelé la Montagne. Sur les cases de la Montagne, vous placerez des tuiles Elément selon un schéma de début de partie. Ces tuiles représentent un des 5 éléments du jeu : terre, eau, feu, air et vide.
– une ligne verticale de 5 cases et une ligne horizontale de 5 cases qui forment le Chemin et entourent la Montagne. Au début de chaque manche, on doit aussi remplir les cases du chemin avec des tuiles éléments.

Le carré représentant la Montagne avec le chemin à gauche et au dessus de celui-ci. A droite, un récapitulatif de comment collecter les tuiles sur la Montagne en fonction de la tuile élément prise du chemin et placée sur la Montagne

Important : chaque case du Chemin est en vis à vis à une ligne ou une colonne de la Montagne. Cela veut dire que lorsque vous prenez une tuile élément du chemin, vous devrez la placer sur la ligne/colonne correspondante de la Montagne. Le choix de la case sur cette ligne/colonne est libre.

Le batisseur et son chantier

Chaque joueur a un plateau avec 5 emplacements qui correspondent aux 5 éléments. A son tour il va prendre des tuiles éléments de la Montagne et les placer sur les emplacements correspondants.

Plateau joueur

Tour de jeu

A son tour, le joueur va prendre une tuile élément du Chemin et la placer sur la ligne/colonne correspondante de la Montagne.
Ensuite il doit collecter des tuiles éléments de la Montagne pour les placer sur son plateau. La façon de collecter et le nombre de tuiles à prendre dépendent respectivement de la tuile élément qu’on vient de placer sur la Montagne et du nombre de tuiles de cet élément qu’on a déjà sur notre plateau.

La façon de collecter.

Les tuiles que tu peux collecter dépendent de la tuile élément que tu viens de placer sur la case de la Montagne. Ci-dessous les différents cas de figure

Le nombre de tuiles à collecter = le niveau de connaissance

Le nombre de tuiles que tu dois prendre parmi les cases qui te sont accessibles (voir l’image ci-dessus) dépend de ton niveau de connaissance. Celui-ci correspond au nombre de tuiles sur ton plateau qui sont identiques à la tuile que tu viens de placer sur la Montagne. Vu que tu commences la partie avec aucune tuile sur ton plateau, ton niveau de connaissance est de 1 et augmente en collectant des tuiles.

Exemple si je place une tuile Feu, et que j’en ai déjà 2 sur mon plateau, mon niveau de connaissance feu est de 3 (2+1) et je pourrai piocher 3 tuiles parmi les 4 cases de la même colonne (voir le schéma ci-dessus).

Le nombre de tuiles +1 pour chaque élément détermine le niveau de connaissance dans celui-ci.

Attention : hormis la terre, les autres éléments te permettent de prendre maximum 4 tuiles même si ton niveau de connaissance est plus élevé. En effet, tu n’as accès qu’à 4 emplacements quand tu vois leur schéma dans l’image ci-dessus. Or tu ne peux prendre qu’une tuile par emplacement (sauf pour la tuile Terre).

Quant à la tuile Terre, tu n’as accès qu’à l’emplacement où tu as placé ta tuile. Tu peux cependant prendre autant de tuiles en dessous de celle-ci que ton niveau de connaissance de la Terre.

A la recherche de l’équilibre naturel

Gorinto est un jeu abstrait de placement et de collection de tuiles éléments. L’ambiance zen que reflètent sa mécanique et son matériel vous plongera dans une profonde réflexion. En effet, tu as deux façons de marquer des points de sagesse dans Gorinto et il faudra les optimaliser pour garantir le prestige de ta pagode !

1) Vivre chaque saison comme si c’était la dernière…

En début de la partie, on tirera au hasard 2 cartes objectif qui rapporteront des points à chaque fin de saison. Comme Rome ne s’est pas fait en un jour, tu joueras une partie de Gorinto en 4 saisons. Le scoring de chaque carte dépend de la configuration des piles que tu auras formées sur ton plateau avec les tuiles éléments collectés. Tu gagneras soit des points de majorité en fonction de la pioche de tes adversaire, soit des points en fonction du nombre de tuiles de la pioche concernée (la pioche la plus petite, la plus grande, de chaque pile dont la taille est différente, etc…).

2) Les éléments clés

A chaque début de partie, on tire 2 cartes éléments clé. Ces 2 cartes indiquent les 2 éléments qui rapporteront des points en fin de partie. On gagnera 2 points par tuile élément. Ces cartes orientent déjà la stratégie en début de partie car le gain est conséquent.

A gauche les cartes éléments, à droite les cartes objectifs

En pleine contemplation

Dès qu’on a résolu une dernière fois les cartes objectif à la fin de la quatrième saison, on marque les points pour les 2 éléments clés. C’est alors que vous contemplerez le fruit de votre labeur ainsi que la victoire de celui /celle qui a su trouver l’équilibre tout le long de la partie en gagnant le plus de points de sagesse !

Variante solo

Parfois il faut affronter les forces pour prouver qu’on a réellement trouvé l’harmonie. C’est pourquoi le petit renard Kitsune vous affrontera pour tester votre force. Cette variante fonctionne un peu comme un automate. Différentes tuiles et cartes propres à Kitsune déterminent où il va se placer sur la Montagne pour pouvoir piocher des tuiles éléments et comment il va les collecter. Tu remarqueras aussi que Kitsune occupe plusieurs places sur le chemin et que tes choix sont déjà limités au début.

Matériel de la variante solo

Pour pimenter tout ça, Kitsune a ses propres cartes élements clés qu’il marque à chaque fin de manche. Il ne gagne pas de points avec les objectifs. Néanmoins il gagne aussi des points pour les éléments ordinaires : 1 point par tuile élément ordinaire et 2 par tuile élément clé.

Je n’ai malheureusement pas testé le mode solo car j’y joue à chaque fois avec ma partenaire. Je trouve cependant que le système d’automate a l’air de bien tenir la route.

Variante pour les plus aguerris

Après la première partie, je t’invite à utiliser les paysages alternatifs qui changent la configuration des tuiles sur la montagne en début de partie. Ensuite utilise 4 cartes objectifs au lieu de 2 comme prévues dans cette variante. A chaque fin de manche, tu marques les points selon les conditions des 2 cartes les plus au dessus. Ensuite tu déplaces la plus haute en bout de fil et décales le reste. Tu auras donc toujours une nouvelle carte objectif en début manche et le jeu sera varié.

Verdict

J’adore les jeux abstraits et Gorinto n’échappe pas à la règle ! Même si les objectifs en cours de partie ne sont pas nombreux et ne changent pas (sauf pour la variante ci-dessus), les parties sont vraiment chouettes. Tout l’intérêt de Gorinto repose sur les tuiles sur le chemin et la configuration de la montagne.

Tuiles chemin

La tuile choisie sur le chemin et son élément détermineront les tuiles que tu pourras/devras collecter en fonction du niveau de connaissance. Ce niveau de connaissance est une force en début de partie pour former rapidement les différentes pioches. Cela devient cependant une contrainte quand tu dois piocher des tuiles non désirées qui compromettent la réussite des objectifs. On peut manquer beaucoup de points même seulement avec une tuile en trop..

La Montagne

Chaque joueur va tenter de rafler tous les éléments clés de la Montagne pour se préparer pour la fin du jeu. Néanmoins il ne faut pas oublier que toutes les tuiles vont du chemin vers la Montagne. L’adversaire pourra donc au prochain tour collecter la tuile que vous venez de placer dans la Montagne. Au début du jeu cela n’a pas vraiment une réelle importance.

Par contre vers la fin du jeu, il y aura très peu de tuiles présentes dans la montagne. Juste avoir une ou deux tuiles éléments clés peut s’avérer décisif !

Des objectifs originaux mais abstraits

J’apprécie vraiment que l’auteur ait pensé à l’équilibre des objectifs en déterminant des lettres de compatibilité. Cela permet d’avoir des parties variées mais équilibrées. Cependant certains objectifs ne sont pas très clairs et une explication détaillée aurait été la bienvenue. La variété des objectifs est vraiment un gros plus dans Gorinto et je ne m’en lasse pas.

La montagne dans toutes ses facettes

Même les mises en place alternatives sont bien trouvées ! Le fait d’avoir donné un nom à chaque configuration renforce ce côté zen ! En jouant des configurations différentes, j’ai l’impression que d’une partie à une autre, certains éléments sont mis en avant par rapport à d’autres. Comme certaines cases de la Montagne se vident plus vite, il vaut mieux jouer les éléments qui nous permettent de piocher dans les cases non vides.

On a donc intérêt à bien augmenter notre niveau de connaissance en fonction des cartes éléments clés mais aussi pour la façon de collecter les tuiles.

La beauté de la nature s’observe dans ses détails

Sous ses aspects de jeu épuré, facile à comprendre et à jouer, Gorinto regorge de possibilités et tous tendent vers un mot : l’équilibre.

En une manche l’écart peut parfois vraiment se creuser !

2 éléments sur 5 rapportent des points car ils sont les éléments clés. On va donc faire en sorte que ces deux piles soient les plus hautes à la fin de la partie.

Il ne faut pourtant pas négliger les 3 autres éléments. Avoir un bon niveau de connaissance de tous les éléments nous donne de la flexibilité quant au choix de la tuile à prendre sur le chemin. En effet, peu importe l’élément, si j’ai un bon niveau de connaissance, je pourrai piocher le plus de tuiles possibles dont celles qui m’intéressent.

Par ailleurs, les cartes objectifs tiennent compte de plusieurs piles. Seulement jouer sur les piles des éléments clés pour gagner des points avec les cartes objectifs n’est d’ailleurs pas la meilleure stratégie.

Conclusion

Gorinto ravira les grands amateurs de jeux abstraits comme moi dont l’interaction entre joueurs est purement indirecte. Tu essaieras de collecter plus d’éléments clés que ton adversaire. S’il y a des objectifs de majorité, tu veilleras à former la pile la plus petite ou la plus grande. Tout ceci se construit petit à petit et est contrôlable quand tu fais attention à ce qu’il y a sur le chemin, la montagne et le plateau de ton adversaire. Tu peux jouer pour que cela te soit profitable ou cela soit moins pour ton adversaire en compromettant la réalisation de ses objectifs.. Un jeu qui n’est pas si zen que ça finalement..

Fiche technique

Auteur : Richard Yaner
Illustrateur : Josh Cappel
Éditeur : Grand Gamers Guild et localisé en français par Super Meeple
Distributeur : Geronimo pour la Belgique et Neoludis pour la France
Joueurs : 1 à 4
Durée : 30 – 60 minutes
Âge : 13 +

Auteur

haoyong@live.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ludotrotter

8 juin 2021

Rockets!

15 juin 2021

%d blogueurs aiment cette page :