Coups de Cœur / Duo

Paris Ville Lumiere

Les travestis vont se raser
Les strip-teaseuses sont rhabillées
Les traversins sont écrasés
Les amoureux sont fatigués
Il est cinq heures, Paris s’éveille
Paris s’éveille

Oh cher Paris, source d’immenses chansons et de films mais aussi de notre passion qui nous réunit ici. Parmi ses titres, je vous présente Paris ville Lumière ! Au lieu de vivre une expérience dans Paris, vous la construisez ! Qui de vous deux sera le meilleur promoteur immobilier et fera de Paris ce qu’elle est encore aujourd’hui : une ville lumière !

Les plans de la ville

Jouer à Paris Ville lumière, c’est comme une valse à deux temps ! 2 phases de jeux avec seulement 2 choix d’action à chaque tour !

Devant vous, vous avez cette belle petite boite qui fait office de plateau central : c’est Paris, elle n’attend que vous pour être construite à votre image.

Mise en place de Paris Ville Lumière
Voici la mise en place de Paris Ville Lumière

Phase 1 : poser les fondations

Avant de construire, vous devez d’abord placer des tuiles Pavé qui définiront pour la deuxième phase votre zone de construction, celle de l’adversaire ainsi que l’emplacement des réverbères. Ces derniers sont importants car ils illuminent les bâtiments qui leur sont adjacents orthogonalement. Sans lumière, les bâtiments ne rapportent pas de points.

Sur une tuile pavé, vous pouvez trouver les éléments suivants : les cases où vous seulement ou votre adversaire pouvez construire dessus, des cases valables pour les deux joueurs ainsi que les réverbères sur lesquels rien ne peut être construit dessus.

A votre tour, vous pourrez soit placer une tuile pavé ou réserver une tuile bâtiment afin la construire à la phase suivante. Attention, les bâtiments non construits vous font perdre des points à la fin de la partie !

Aperçu de la phase 1 en cours

Cette phase se termine lorsqu’on a placé tous les tuiles Pavé.

Phase 2 : les choses sérieuses commencent…

Vous devez désormais, chacun à votre tour, faire une des 2 actions possibles. Soit placer vos tuiles bâtiments récupérés à la phase précédente, soit poser un jeton pouvoir sur une carte disponible pour activer l’effet de la carte postale. Le but dans Paris Ville Lumière est d’abord de construire plusieurs bâtiments adjacents orthogonalement à un ou plusieurs réverbères.

Les tuiles Pavé pour la phase 1, les jetons actions et bâtiments pour la phase 2.

Les bâtiments plongés dans l’ombre ne vous rapporteront en effet pas de points. Il faudra donc veiller à construire sous les feux des réverbères ! Le nombre de points gagnés pour chaque ensemble illuminé est facile à calculer : le nombre de cases composant cet ensemble x le nombre de réverbères adjacents à cet ensemble.

On essaie de placer à chaque fois une tuile Bâtiment à côté d’autant de réverbères possibles et de former un groupe de bâtiments adjacents.

Ensuite le plus grand groupe de bâtiments qui sont adjacents orthogonalement entre eux vous rapporte aussi des points même si ces bâtiments ne sont pas éclairés. Sa taille en case correspond au points que vous gagnez.

Un paysage de carte postal

Paris ne nous séduit pas seulement par une architecture exceptionnelle. Elle créé aussi des merveilleux souvenirs comme ceux illustrés sur les cartes postales. C’est pourquoi dans ce jeu vous pourrez utiliser des cartes postales. Celles-ci ont des effets qui embelliront votre oeuvre architecturale et vous feront gagner davantage de points.

Un aperçu des effets de base

Donc au lieu de placer une tuile Batiment, vous pourrez placer un de vos jetons action sur des cartes postales encore disponibles pour activer son effet. Les cartes sont donc one shot. Il faut donc être rapide !

On a 4 jetons Action et il faut les utiliser le mieux possible pour nous aider à placer nos tuiles Bâtiment ou de marquer des points autrement.

Fin de partie et décompte des points

La partie se termine lorsque tous les joueurs ne peuvent plus placer de bâtiments et ont joué tous leurs jetons Action. Outre les points des bâtiments éclaires et du plus grand groupe de bâtiments, il faut ajouter les points que rapportent les cartes postales.

Verdict : seulement facile sur le plan…

C’est un placement de tuiles pure et simple mais il est tellement bon ! Comme Patchwork, on va se creuser les méninges pour caser tout ça ! La stratégie se joue dans le choix des pièces mais aussi dans le rythme des tours. Tout comme Patchwork, il faut parfois attendre le tour suivant pour savoir quelle pièce mettre ou prendre car cela dépend aussi de l’adversaire.

Il y a cependant des éléments nouveaux que j’apprécie fortement dans Paris Ville Lumière. D’abord il y a cette première phase où on essaie d’optimiser le terrain pour placer au mieux le plus de tuiles bâtiments. Comme notre adversaire fait pareil, il y a déjà un système de blocage dans cette phase. Ce qui fait qu’on doit faire avec lors de la phase suivante en plaçant au mieux nos bâtiments.

On se creuse vraiment les méninges comme dans Tétris sauf qu’on partage le même espace public et que la couleur mauve est très prisée !

De cette première constatation, la question du nombre de bâtiments à piocher s’avère stratégique puisqu’il y a des malus. Hormis les bâtiments, il y a ensuite le positionnement des réverbères qui est important comme ces derniers sont des multiplicateurs de scores. Placer beaucoup de bâtiments sans créer d’ensemble ou sans tenir compte de la lumière, c’est comme bricoler sans lumière : ça ne sert à rien !

Il y a donc des contraintes qui rend le placement difficile et qu’il faut tenir compte: la forme de nos bâtiments, où sont les cases mixtes et les réverbères. C’est donc un jeu qui demande de la réflexion si on veut bien jouer !

Des effets indispensables

Le jeu serait cependant très triste sans ces belles cartes postales qui apportent de la rejouabilité au jeu. Elles permettent de rééquilibrer le jeu lorsqu’on a pris un mauvais départ lors de la première phase. Au lieu de placer ses tuiles en premier, on peut par exemple prendre tous les meilleurs effets (en fonction de notre stratégie bien sûr qui rapportent des points ou facilitent le placement de tuiles. Quand l’adversaire a de bonnes tuiles, il privilégiera le placement de ces dernières, surtout lorsqu’on compte sur les cases mixtes. C’est pourquoi on a une certaine flexibilité dans ce jeu.

Les cartes apportent vraiment ce côté coloré au jeu dont la mécanique de placement de tuiles peut paraître froide

Je vous avoue qu’après plusieurs parties, tous les effets se valent et voici pourquoi.

Une plus grande liberté de construction

Tandis que les tuiles Pavé avec les réverbères restreignent vos possibilités de pose, vous pourrez échanger votre tuile avec celle de la réserve grâce à Lévitation. Cela vous sauve quand vous réalisez que la configuration ne permet pas de poser toutes vos tuiles.

Les réverbères et les cases adverses sont des obstacles. Il suffit parfois d’une case libre supplémentaire, mais occupée par un réverbère ou appartenant à l’adversaire, pour placer une de nos tuiles. C’est pourquoi le Métropolitain ou Chartier nous dépannent dans ces cas là en nous permettant de construire tout de même dessus. Si vraiment on n’arrive pas à caser toutes nos tuiles, prenez le Sacré Coeur pour éviter de gros malus !

Augmenter les points de vos bâtiments

Si en revanche vous êtes un as de la construction et êtes certain de placer toutes vos tuiles Bâtiment, alors autant accroitre vos points en ajoutant un réverbère ou un méga réverbère grâce à Lampadaire ou Grande lumière ou Fontaine des mers qui rapporte 3 points par bâtiment adjacent vous appartenant. Donc vous avez beaucoup de possibilités pour combiner avec vos bâtiments.

Une autre manière de scorer

Profitez aussi des cases libres pour marquer des points. La Danseuse ou le Peintre marquent des points en fonction des cases Pavé non construites ou des réverbères à portée de vue. Attention car l’adversaire pourrait construire un bâtiment pour bloquer la vue et vous empêcher de gagner beaucoup de points.

Rien ne se perd, tout se transforme

J’adore quand on donne une double utilisation à un objet. Paris Ville Lumière ne fait pas exception en utilisant la boite comme plateau et les cartes postales magnifiques comme éléments du jeu. Cela renforce l’immersion du jeu !

Conclusion

J’adore Paris Ville Lumière car chaque élément du jeu est comme une pièce de puzzle au service de ce thème. On place ces pavés hauts en couleur sur lesquels reposent nos bâtiments. Apportons de la vie à ces immeubles en mettant un peintre ici et une danseuse là-bas. La magie fonctionne donc avec ces petites tuiles mais surtout ces belles cartes postales. Si vous êtes un fan du placement de tuiles qui se joue rapidement, assez compact et qui demande tout de même de la réflexion, peut être vous laisserez-vous par Paris et ses lumières ?

Ceux-ci sont prêts à animer Paris !

Fiche technique

Auteur : José Antonio Abascal
Illustrateur : Oriol Hernández
Éditeur et distributeur: Iello
Joueurs : 2 joueurs
Durée : 30 – 60 minutes
Âge : 8+

Auteur

haoyong@live.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Uly & Polly

13 mai 2021

%d blogueurs aiment cette page :