Crowdfunding

Gangsta! (KS – BE)

Dans Gangsta!, les joueurs incarnent un Boss déterminé à recruter un gang d’envergure afin d’étendre son influence sur ses factions rivales et de prendre à son unique compte le marché noir. Pour ce faire, vous serez amené à recruter des gangsters pour agrandir votre gang et ainsi pouvoir réaliser divers casses qui se présentent à vous. A la fin de la partie, le joueur disposant du plus grand nombre de Points d’Influence (PI) l’emporte.

Actuellement sur Kickstarter, Gansta! est proposé par Schmeta Games, une nouvelle maison d’édition belge dont Yves Rosenbaum, l’auteur du jeu, sera également le patron. Une double casquette qui promet qu’aucun compromis ne sera concédé sur l’édition. On a d’ailleurs déjà droit à une belle boîte de pré production pour nos tests.

Le jeu :

Le jeu se déroule en 3 manches au bout desquelles le joueur avec le plus de PI l’emportera.
Chaque joueur joue à son tour et a droit à une action : réaliser un casse, recruter un gangster ou passer.

Il y a toujours 5 cartes casses et 5 cartes gangsters disponibles.

En haut, les gangsters. En bas, les casses.

Pour réaliser un casse, il devra disposer de gangster(s) disponible(s) avec les compétences (icônes) nécessaires pour réaliser celui-ci. Un casse rapportera de l’argent, des PI, des actions supplémentaires ou des combinaisons. Plus on montera dans les manches, plus les casses seront compliqués à réaliser et plus il faudra de compétences pour les réaliser.

Il existe 6 catégories de compétences.

Ici, il faudra engager les 2 gangsters pour réaliser le casse
Différents casses…
Le 1er rapporte des $ le 2ème des $ et des PI,
le 3ème, $, PI et une action engager un gangster.

Quand on utilise un gangster, on l’engage, c’est à dire qu’on le pivote de 90°. Et c’est là qu’est le coeur du jeu. En effet, au début de son tour, un joueur pourra redresser une carte par icône Leader sur une carte gangster disponible (de base, tous les joueurs ont un Boss avec une icône Leader). Il faudra donc bien choisir qui engager dans un casse. Mais si toutes les cartes d’un joueur sont engagées au début de son tour, elles deviennent toutes disponibles. Il va falloir donc essayer d’engager au mieux ses troupes pour soit avoir l’ensemble engagé ou avoir les bonnes cartes disponibles. Il est toujours possible de payer 1 dollar par gangster que l’on désire rendre disponible.

Les différents Boss

Pour engager un gangster, il faudra payer la somme en dollars. On place alors le gangster dans son gang de manière disponible. C’est le nombre de gangsters qui va faire passer le jeu d’une phase à une autre.

# Chapitre 1 : la génère. Se termine dès qu’un joueur a 4 gangsters en jeu (Boss inclus).
On effectue un revenu d’opportunité avant de passer au chapitre suivant. On comptabilise le nombre de compétences sur l’ensemble de ses gangsters. Les joueurs qui disposent de moins de compétences reçoivent le différentiel avec le plus grand nombre d’icônes converti en dollars.

# Chapitre 2 : la guerre des Gangs. Se termine dès qu’un joueur  a 7 gangsters en jeu.
On additionne le nombre d’icônes « Mercenaires » (double fusil) de chaque joueur. Celui qui en totalise le plus remporte la guerre des Gangs. Les autres joueurs défaussent 1 gangster de leur choix

#Chapitre 3 : domination. Se termine dès qu’un joueur recrute son 9ème gangster ou que la 3ème carte Délateur est révélée. On procédera ensuite au décompte final.

Si vous passez, vous recevez 1 dollar par Gangster ayant une icône Leader (disponible ou engagé) et vous pourrez également défausser un gangster ou un casse de ceux disponibles au centre de la table.

Les cartes Délateur font partie des casses. Dès qu’une carte apparaît, on la résout. Chaque joueur totalise le nombre d’icônes « Informateur » (plaque de police) sur ses gangsters. Si il en possède un nombre équivalent ou supérieur à ceux de la carte, rien ne se passe. Si pas, il doit payer la différence en dollars. Si il n’a pas assez d’argent pour payer, il se défausse de l’argent qu’il lui reste et d’un gangster au choix.

Le joueur du haut ne devra rien payer car il a 3 icônes « informateur ».
Celui du bas n’en a que 2, il devra donc payer un dollar
ou se défausser d’un gangster si il n’a plus d’argent.

Le décompte finale :
Les joueurs comptent les PI des casses qu’ils ont réalisés. Et les PI de chacun de leurs gangsters.
Le joueur le plus riche reçoit 2 PI, le joueur ayant le plus grand nombre de gangsters reçoit 2 PI.
Le joueur disposant du plus grand nombre de PI après le décompte final est déclaré vainqueur.

Les variantes :
Les familles – vous payez 1$ de moins pour recruter des gangsters de la même famille que votre Boss et en fin de partie, on regarde la majorité pour chaque famille, celui qui en a le plus reçoit 2PI supplémentaires (vu qu’il y a 5 familles, c’est 10 PI qui seront à remporter mais on ne procède pas au décompte du joueur ayant le plus de Gangsters).
Les cartes ressources – chaque joueur en choisit une parmis 2. Il la met en jeu, engagée. Dès qu’il possède les icônes indiquées sur celle-ci, elle est automatiquement disponible. Son effet s’applique alors. Une fois activée, elle donne un pouvoir au joueur la possédant.

La campagne :

Pour une première campagne, Schmeta Games est parti sur une campagne de 45 jours qui a débuté au Brussels Games Festival.
Fin : 7 octobre 2019
Objectif : 2500€

La boîte de base est à 18€ pour 5 cartes Boss, 35 Gangsters, 3 cartes narratives (1 par chapitre), 30 cartes chapitre 1, 30 cartes chapitre 2 + 3 délateurs, 30 cartes chapitre 3 + 5 délateurs, 30 billets 1$, 10 billets 5$, 10 ressources et 1 livre de règles.

Il existe d’autres contributions : 24€ boîte dédicacée, 35€ des cartes Gangsters en croquis brut en plus, 100€ une carte boss à votre effigie, 300€ une carte boss à votre effigie dans toutes les boîtes.

Frais de port : 7€ pour la Belgique et la France (possibilité de le retirer gratuitement sur Bruxelles).

Niveau des Stretch Goals déjà annoncés : des cartes ressources supplémentaires, nouvelle illustration délateur, augmentation de la qualité des cartes, un carnet de score (allez, rejoignez la campagne et aidez à les bloquer).

Les ressources :

Les règles ICI
Le site ICI
La campagne ICI
La vidéo LudoChrono ICI

L’avis :

Alors, convaincu je suis !!!
Le jeu est facile à prendre en main et facile à expliquer. Les règles sont fluides.
C’est plus stratégiques que ça n’y parait. L’engagement de vos gangsters étant le point crucial de l’affaire, le bon tempo et le bon choix des cartes utilisées sont primordial
Les illustrations collent parfaitement au thème.

Personnellement, je ne suis pas fan du thème mais ça n’a par contre pas du tout été un frein à mon plaisir de jeu.

J’avais eu l’occasion de tester la version proto du jeu et on peut dire qu’à l’époque, j’avais déjà trouvé le jeu très bon. Les quelques imperfections qui subsistait ont été gommées et le temps de jeu est maintenant idéal pour le gabarit du jeu.

Bref, je vais de ce pas pledger pour 3 raisons :
– Le jeu est très bon (et ça, c’est le principal)
– Il est auto édité donc garantie que l’auteur/éditeur va mettre ses trips dans le projet (et il l’a déjà prouvé jusque là vu le travail accomplit)
– C’est du belge une fois et ça, c’est toujours un argument de poids pour moi.

On souhaite tout le succès que le jeu mérite.
Même si à l’heure actuelle, il n’est pas encore financé, je suis sûr qu’il ne manquera pas de l’être d’ici la fin de la campagne.

Cowmic

Fiche technique :
Joueurs : 2 à 4
Age : 10+
Durée : 30 à 60 minutes
Auteur : Yves Rosenbaum
Illustrateur : Fred Navez
Editeur : Schmeta Games

PS : 2 événements Bruxellois à ne pas manquer si vous voulez tester le jeu…
# 5 septembre, à l’Alliance : ICI
# 7 septembre, au Kings & Queens Café : ICI

Commentaires

3 septembre 2019 à 14 h 36 min

Ce commentaire a été supprimé par l’auteur.



3 septembre 2019 à 14 h 36 min

Très bon jeu ! J'ai eu l'occasion de le tester au Brussels Game Festival. C'est une vraie réussite ! Thème des gangsters respecté tout au long de la partie, jolies illustrations, mécaniques intéressantes, de la réflexion, des nouveaux événements à chaque nouveau chapitre et la possibilité d’embêter vos adversaires pour pimenter les interactions. J’ADORE ! Je vous le conseille 😉



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :