Coups de Cœur

Cerbère – Le coup de cœur de Charlotte

Pourquoi vous écrire un coup de cœur sur Cerbère ?

Il y a quelques semaines, Maxence est arrivé avec un jeu (jusque là, rien d’anormal) et m’a dit « Celui-là, il VA te plaire, une fois ! » (c’est le cas de pas mal de jeux, j’avoue, mais le ton pris par Maxence faisait penser que celui-ci me plairait particulièrement). Avant même d’y jouer, j’ai été séduite par l’idée du semi-coopératif et, surtout du « Si le méchant t’attrape, tu joues le méchant, une fois ! » 😀
Dès ma première partie, j’ai confirmé les instincts de Maxence. Et quelques parties plus tard, il m’a paru évident qu’il était devenu mon jeu du moment !

Raconte-nous l’histoire…

Durant votre vie, vous n’avez pas toujours été très gentil… (c’est pas bien de traverser au rouge, je vous aurai prévenu !!!) Vous avez donc atterri dans les enfers, tout comme vos camarades. Mais la vie dans les enfers ne vous plaît pas trop. Ensemble, vous essayez de fuir… en veillant à ce que le Cerbère ne vous rattrape pas.

Mais la barque qui permet de traverser le Styx ne pourra pas accueillir tout le monde. Elle possède un nombre limité de places : 1, 2 ou 3 places. Et elle ne part que lorsqu’elle est complète…

Sacrifierez-vous vos camarades ? Créerez-vous une alliance pour en sortir ? Vous laisserez-vous rattraper par le Cerbère ? A vous de jouer !

Euh… OK… Mais comment on fait pour jouer ?

Durant la partie, chaque joueur incarnera un personnage. A chaque tour, il devra jouer l’une de ses cartes. Celle-ci aura un coût mais permettra de réaliser une action intéressante pour soi, ou pour le groupe. On aura également la possibilité de jouer une carte survie (si on en a) durant son tour de jeu (avant ou après la carte normale, au choix).

En fin de tour, si le dé a atteint la dernière case de la piste de rage, on fera avancer le Cerbère en conséquence… S’il attrape un ou plusieurs joueurs, ceux-ci deviennent Cerbère… ou perdent la partie s’ils font partie des 2 derniers survivants.

La partie prend fin de 2 manières :
– La barque est remplie. Dans ce cas, le(s) joueur(s) s’y trouvant gagnent la partie !
– Cerbère attrape le dernier joueur. Dans ce cas, tous les joueurs devenus Cerbère, exceptés les 2 derniers, remportent la partie.

Il est évidemment plus glorieux de gagner en tant que survivant… Mais réussirez-vous à résister à l’envie de devenir Cerbère ? 😉

1) Le plateau de jeu

Cerbère démarre de la 1ère case. Les joueurs commencent sur la 3ème . L’objectif est d’atteindre la barque la plus proche.

Mais…

2) Les barques

Seule UNE barque partira : la plus proche du rivage… Elle ne sera révélée que lorsqu’un joueur l’atteindra. Avant sa révélation, il est possible de la regarder secrètement OU de l’échanger avec une autre barque. Après avoir été révélée, plus de changement possible !

La barque ne part qu’une fois complète…

3) Les cartes des joueurs

Les joueurs doivent jouer une carte par tour. Elles permettent d’activer des effets pour soi et/ou pour les autres joueurs (bonhomme noir = moi-même / bonhomme blanc = un autre joueur) : piocher des cartes, avancer, ou regarder/échanger une barque.

On joue la carte dans un seul sens, on ne débloque donc l’effet que d’un côté…

L’usage des cartes à un coût qui avantage le Cerbère : avancer le dé sur la piste de rage, augmenter le niveau de rage en tournant le dé, défausser une carte Survie.

4) Les cartes Survie

On peut en utiliser une par tour, sans obligation. On active une seule ligne de la carte. La 2ème ligne étant plus intéressante mais ayant un coût… (défausser d’autres cartes Survie, reculer,…)

Ces cartes peuvent aider à faire avancer plus vite sur le plateau, avoir certains avantages qui se révèlent parfois très intéressants, mais certaines peuvent aussi aider le joueur à se sacrifier…
C’est d’ailleurs comme ça que j’ai pu devenir Cerbère dès mon premier tour de jeu lors d’une partie. Un rêve devenu réalité ! 😀 (depuis, tout le monde se méfie de moi… :O )

5) La piste de rage

Plus on s’éloigne, plus Cerbère s’énerve… Et cette piste en est témoin.

Chacune de nos actions nous demandera de faire avancer le dé ou augmenter sa valeur. Lorsque le dé atteindra la dernière case de la piste de rage, Cerbère avancera d’autant de cases qu’indiqué sur le dé… en s’arrêtant dès qu’il rattrapera un (ou plusieurs) joueur(s). A ce moment-là, il retournera à la dernière case avec un symbole Cerbère sur le plateau.

Les pions attrapés par Cerbère iront sur la piste de rage, et feront donc redescendre le dé moins bas… Vous imaginez bien comme le jeu peut s’accélérer ? 😉

6) Cerbère…

Cerbère gagne si aucun joueur ne quitte les enfers… Des joueurs peuvent donc gagner en tant que Cerbère, une fois que celui-ci les a attrapés, leur rôle est d’empêcher à tout prix les autres de s’enfuir…
Une fois devenu Cerbère, les tours de jeu sont les mêmes, sauf qu’on joue avec le verso de nos cartes, ce qui active les pouvoirs du Cerbère : avancer le Cerbère, piocher des cartes « Sacrifice », faire reculer des joueurs, etc… Les cartes « Survie » ne sont plus utiles, mais sont donc remplacées par les cartes « Sacrifice ».

Pourquoi y jouer ?

Dans la vraie vie, je suis une fille plutôt gentille (je crois ?). Quel plaisir de pouvoir faire des coups bas aux autres et les trahir dans un jeu !

Si vous aimez un peu de coopération et beaucoup de trahison, un peu de stratégie et une bonne ambiance, le fait de pouvoir changer d’objectif en cours de partie, alors foncez !
Envie d’y jouer ? Proposez-moi une partie, une fois ! 😉

Charlotte 
(Guest DJUF – Organisatrice du Brussels Games Festival)

L’avis de Maxence (écrit par lui-même)

N’allez pas croire que je viens donner mon avis juste parce que c’est un guest qui a rédigé l’article ! C’est juste que, comme Cowmic vous l’avait annoncé dans Le Menu 2019, nous allons désormais essayer de donner plusieurs avis dans nos articles.

Comme Charlotte vous l’a dit, on est ici vraiment dans un jeu où l’on peut perdre des amis, les coups bas sont légion et on ne peut se fier à personne ! Et en effet, on a des réactions que l’on n’aurait jamais dans la vraie vie (du moins j’espère…) et c’est ça qui rend Cerbère si savoureux. Il n’est toutefois pas à conseiller à tous les joueurs : il peut être extrêmement frustrant de voir les autres s’allier contre soi, et c’est assez particulier de pouvoir changer de camp en pleine partie. Tout le monde n’aimera peut-être pas, je vous conseille donc de l’essayer pour vous faire votre avis, mais pas avec n’importe qui :-p

Le matériel est vraiment bien : tous les meeples sont personnalisés, le plateau est modulable afin de pouvoir varier la difficulté et on pourra même tenter de réaliser tous les défis présents sur le tour de la boîte.

Au niveau de l’équilibrage, même si dans les premières parties on a tendance à avoir l’impression que c’est toujours Cerbère qui l’emporte, finalement quand les fuyards s’allient efficacement, il devient nettement plus difficile de les rattraper. On peut donc s’amuser à essayer de nouvelles stratégies (et trahisons) et la rejouabilité est bien présente !

Fiche technique :

Auteur : Pierre Buty
Illustrateurs : Pierre Ples & Jules Dubost
Editeur : La Boite de Jeu & Origames

Joueurs : 3-7
Age : 10+
Durée : 45 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

In Ludo Veritas

17 janvier 2019

%d blogueurs aiment cette page :