On a testé

The Art Project

Print Friendly, PDF & Email

Tu as toujours voulu faire partie des Monuments Men ? Alors The Art Project te donne l’occasion de faire tes preuves, non contre les nazis mais la Main Blanche. Ce groupe criminel sévit à travers le monde et a dérobé les plus beaux trésors nationaux. Ton équipe a donc comme objectif de récupérer toutes les œuvres avant que l’équipe soit décimée par la Main Blanche ou que le monde soit envahie par celle-ci. Es-tu prêt à voyager et à combattre le crime ?

Principes The Art Project

C’est un vrai jeu coopératif où vous allez débattre ensemble sur quelle carte jouer ou quelle action entreprendre et gérer au mieux les maigres ressources dont vous disposez.

Art project
Les différents persos

Il n’y a qu’une condition de victoire: récupérer toutes les œuvres d’art volées. Par contre, il y a différentes façons de perdre. Pendant la partie, tu devras placer des sbires de la Main Blanche sur le plateau et des marqueurs contrôle si la Main Blanche contrôle cette ville. Si à tout moment, tu ne peux plus placer de sbires ou de marqueurs contrôle alors tu devrais, tu perds la partie ! Tu perdras aussi des vies et si quelqu’un meurt, c’est foutu aussi !  Ce n’est pas tout, si la pioche de cartes Mission est vide avant que vous n’ayez récupéré toutes les œuvres d’art, c’est fichu…..

Parler de « Mission Impossible » n’est donc pas si exagéré… Cependant, les Auteurs ont prévu plusieurs scénarios et des niveaux de difficulté pour se mettre en selle, une fois !

Déroulement du jeu

1. Phase résolution de mission

A chaque tour, chaque joueur pioche deux cartes missions et on discute ensemble quelle carte jouer et laquelle défausser. Une carte mission indique :

  • Le coût en ressources: carburant, radio, arme ou un cœur. Le cœur peut remplacer les autres ressources mais tu dois veiller à en garder sinon tu es éliminé.
  • Le nombre de jetons Main Blanche à placer sur une ville avec le symbole correspondant
  • Le gain en ressources
  • Un ou plusieurs  symboles indice. 
Cartes mission avec de haut en bas: – le coût – les pions Main blanche à placer sur la ville en question – le gain – les indices gagnés

Discuter de nos cartes mission est donc important car la mission d’un joueur peut rapporter une ressource qui est nécessaire pour accomplir la mienne. De cette discussion, on choisit la carte à jouer et de l’ordre de tour pour qu’on puisse gagner les bonnes ressources, consommer nos ressources intelligemment pour accomplir les missions, ne pas trop accumuler de main blanche sur une ville pour éviter de la perdre le contrôle et d’accumuler un trio d’indices identiques.

En effet, on garde les cartes mission qu’on a résolues et lorsqu’on a 3 symboles identiques, on défausse les cartes concernées et on place l’œuvre d’art dans la ville qui correspond au symbole. Il n’y a plus qu’à envoyer un joueur dans la ville en question et d’éliminer la Main Blanche présente sur place pour récupérer l’œuvre d’art.

2. Phase déplacement

Par carburant dépensé, tu pourras déplacer un joueur d’une case ville. A vous donc de bien gérer comment vous déploierez vos agents sur le plateau sachant les éléments suivants

  • En étant dispersé, on consommera moins de carburant pour se rendre dans une ville pour récupérer l’œuvre d’art. Cependant, s’il y a la Main Blanche sur place, tu seras seul pour combattre avec ton dé et les éventuels dés alliés.
  • Regroupés, tous les joueurs présents sur la ville participent au combat contre la Main Blanche. Plus de dés à lancer = meilleure force de frappe

Si la ville avec l’œuvre d’art n’est pas occupée par la Main Blanche, tu récupères automatiquement l’œuvre d’art que tu places sur la piste dédiée. Le nombre d’œuvres d’art récupérées augmente la force de la Main Blanche pour les combats mais le coût pour recruter un dé Allié diminue. Par contre, si la Main Blanche est présente dans la ville avec l’œuvre d’art, un combat est nécessaire pour la récupérer

La piste où on place les oeuvres d’art récupérées qui augmentent à chaque fois la force de la Main Blanche mais diminuent le coût pour recruter un dé allié

3. Phase combat

Tout le long du jeu, tu pourras recruter un dé Allié afin d’augmenter ta force. Ces dés coûtent cher au début mais tu les gardes jusqu’à la fin du jeu. Le combat consiste à lancer tous les dés des joueurs présents dans la ville ainsi que les dés Alliés. Tu compares le résultat avec la force de la Main Blanche qui est indiquée :

  • Sur la piste œuvre d’art
  • Le nombre de jetons Main Blanche sur la ville (chaque jeton vaut 1)

Tu dois juste égaliser la force ennemie pour gagner.

Si tu veux relancer des dés, tu peux défausser une carte mission que vous avez gagnées et chaque symbole indice présent dans la carte défaussée permet de relancer une fois chaque dé. Tu peux aussi dépenser des pistolets pour augmenter ta force de 2 par pistolet dépensé.

Quant au recrutement des dés alliés, tu dois payer le coût en radio qui est indiqué sur la piste Œuvre d’art.

4. Phase entretien

On redistribue 2 cartes mission à chaque joueur et on recommence une manche.

Quand une ville tombe…

S’il y a 5 jetons Main Blanche sur une ville, celle-ci tombe sous son contrôle. On place un marqueur contrôle et il ne sera plus possible de s’arrêter ou de passer par cette ville. Cela limite donc fortement notre liberté de mouvement vu qu’on a peu de chemins différents pour se rendre d’une ville à une autre.  Par ailleurs, on ne pourra plus y récupérer une œuvre d’art et tout ajout de jeton Main Blanche sur cette ville, augmentera de façon permanente la force de la Main Blanche. On place le jeton Main Blanche sur la piste Œuvre d’art et non sur la ville contrôlée.

Avec 5 marqueurs en fin de tour, cette ville est sous l’emprise de la Main blanche

Si on ne peut plus placer de marqueur contrôle, on a perdu ! Donc il faut bien réfléchir sur le choix de la carte mission à jouer pour éviter de faire tomber une ville et quand combattre pour nettoyer un peu les villes proches du déclin…

Se sacrifier pour faire avancer la mission

Dans The Art Project, tu ne gagnes pas énormément de ressources et tu n’as pas toujours ce que tu veux. C’est pourquoi chaque joueur peut dépenser un cœur pour remplacer une ressource donnée mais si tu perds une vie et que tu en as plus, c’est fini !

Fin de partie

La partie se termine quand on a récupéré toutes les œuvres d’art ou lorsqu’on a rempli une des nombreuses conditions de défaite que j’ai mentionnées en début d’article…

Première partie d’Art Project gagnée à une carte près !

Verdict

J’ai joué avec Gabriel en mode facile en ayant un cœur en plus que le mode normal. Et bien, on a juste gagné de justesse ! On a avait récupéré toutes les œuvres d’art alors qu’il ne me restait qu’un cœur. Il ne faut donc pas abuser du cœur comme ressource joker car certaines missions exigent de défausser un cœur en particulier et si c’est le dernier, c’est la cata ….

La difficulté de The Art Project, ce sont les dépenses nécessaires pour résoudre les missions, se déplacer ou se battre. On est tout le temps à court de ressource et on est vite acculé par la Main Blanche. Cela va vraiment crescendo et puis quand tu vois la première ville tomber ..

J’aime beaucoup qu’on doive débattre ensemble des missions à combiner pour optimiser les gains et mieux maîtriser les malus. Jouer d’ailleurs sur des continents différents est sympa car tu as des règles différentes liées aux coûts de déplacement, à l’apparition de la Main Blanche ou des conditions de jeu.

Seconde partie gagnée plus aisément car on a su profiter de la règle qui permet de se déplacer gratuitement vers le Nord tandis qu’on doit payer pour aller au sud. Par contre on devait absolument éviter d’avoir une ville tombée au milieu du plateau sinon on perdait d’office !

Par contre, ce que je trouve dommage, c’est le fait qu’on n’exploite pas les personnages qu’on incarne. Cela aurait donné encore plus de corps aux personnages si on leur avait attribué un pouvoir ou une spécialité. Exemple: Rouge dépense moins un carburant de moins tandis que Vert peut sacrifier un cœur à la place d’un autre perso par exemple.

Malgré le thème attirant et les belles illustrations, la mécanique de The Art Project ne m’a pas transporté car tout un autre thème aurait pu aussi fonctionner. Ce n’est pas un coup de cœur par contre, c’est un bon jeu pour initier les débutants aux jeux coopératifs comme Pandemic. Sauf qu’ici, l’esprit coopératif est mieux respecté vu que l’action de l’un dépend davantage de l’autre comme expliqué avant. 

Fiche technique

Auteurs : Florian Sirieix et Benoit Turpin
Illustration : Vincent Dutrait
Editeur: Lumberjacks Studio
Distributeur: Hachettes Boardgames
Joueurs : 1 à 6
Durée : 30 min
Âge : à partir de 10 ans
Jeu offert par Hachette Boardgames BENELUX, merciekes !

Auteur / autrice

  • Daniel

    Jeux préférés : Bruxelles 1893, Les aventures de Robin des Bois, Dice Forge, Ninjato, tous les jeux de Shem Philips, Path of Civilization, Watergate, Parks, Riversides, Wingspan

    Voir toutes les publications Rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *