Ludisciences

Le confinement et les plus petits

Pendant cette période un peu spéciale, bien entendu je parle du confinement, les jeunes parents ont été confrontés à l’absence de scolarité. Donc ils ont dû être beaucoup plus présents pour les plus jeunes qui n’ont pas encore une certaine forme d’indépendance. Afin de les occuper, de les divertir, de les instruire et de favoriser leur développement, beaucoup ont sorti les jeux de société adaptés. Mais si comme moi, d’autres n’avaient pas spécialement beaucoup de jeux adaptés dans leur ludothèque, nous avons dû adapter d’autres jeux pour que les plus petits puissent y trouver du plaisir, une fois !

Val, Daniel et Joseph vous parleront un peu de leur expérience pendant cette période particulière.


Joseph

Pour ma part, avec Sarah, ma fille âgée de 3 ans, j’ai sorti un classique et j’ai réadapté les règles d’un autre jeu qui ne lui était pas adapté. Certains enfants, surtout ceux qui sont en âge d’être en maternelle ont un peu régressé ou eu des blocages dans leur évolution. L’outil ludique était, pour moi, un bon moyen d’arriver à la stimuler pendant cette longue période d’isolement. L’important était de continuer à maintenir l’éducation et évidemment qu’elle prenne du plaisir.

Le verger

Auteur : Anneliese Farkaschovsky
Illustrateur: Walter Matheis
Éditeur : Haba
Joueurs : 2 à 8
Durée : 20 à 30 minutes
Âge : 3 +
Philibert

Pour le jeu adapté, je n’ai pas pris beaucoup de risques. J’ai sorti « Le verger », un classique avec plusieurs modes de jeu dont un coopératif. Il faudra essayer de récupérer tous les fruits avant que le méchant corbeau n’arrive pour tous les manger. Ce jeu peut être utilisé avec un côté éducatif. En effet, avec ma fille je lui demandais à chaque lancer de dés de compter le nombre de fruits qu’elle avait le droit de prendre (ici c’était assez facile vu que c’était 0, 1 ou 2). De nommer la couleur du dé et de me donner le nom du fruit qu’elle avait le droit de récolter.

Ce jeu est réellement bien étudié pour les plus petits. Il est très facile à expliquer et à mettre en place. il est d’ailleurs agréable et facile à jouer. Ce qui en fait un grand classique pour la catégorie jeune enfance.

Dobble

Auteur : Denis Blanchot
Illustrateur: Denis Blanchot
Éditeur : Zygomatic
Joueurs : 2 à 8
Durée : 30 minutes
Âge : 6 +
Philibert | Ludum

Alors, Dobble est un grand classique et est jouable avec les règles spécifiques à partir de 6 ans. Ma fille en ayant la moitié, j’ai dû un peu adapter les règles afin qu’elle puisse s’amuser et qu’il puisse servir de support éducatif. Il était clair que le facteur rapidité était ici complètement à mettre de côté. J’ai donc mis en place quelques petites règles qu’elle devait suivre comme :

· Comme pour le jeu de base, retrouver les images qui sont identiques entre les deux cartes.
· Si elle avait du mal à trouver le même dessin, j’ai mis en place un petit joker en lui donnant la couleur des dits objets similaires.
· Lorsqu’elle les trouvait, elle devait me donner le nom de l’objet et si le joker ne lui avait pas été communiqué, elle devait également me donner la couleur.
· Si elle ne trouvait pas, je plaçais la carte sur le côté afin que je puisse faire un décompte des ratés en fin de partie. Le but était ici de diminuer le nombre de cartes ratées afin d’améliorer sa réflexion, sa reconnaissance visuelle et la désignation des noms et des couleurs.

Cette méthode d’apprentissage a porté ses fruits. Au bout de deux semaines, elle arrivait à avoir moins de 5 cartes en raté. Comme quoi un jeu de société n’est jamais réellement figé et que celui-ci peut être assez aisément remanié afin que le public ciblé puisse y jouer et y prendre du plaisir.


Daniel

Comme Joseph, j’ai un petit Gabriel de 3 ans qu’il fallait beaucoup occuper car l’école lui manquait. De plus, il n’était pas facile de canaliser son attention car il avait du mal avec les mesures COVID d’une part et qu’il avait un petit frère né prématurément d’autre part. Nous lui avons fait jouer à des jeux de 4 ans et plus. Même si la différence n’est pas grande, il fallait adapter les règles et objectifs afin qu’il ne se sente pas frustré ou ne veuille simplement plus jouer à ce jeu.

Le premier jeu est Attrape rêves

Auteur : Laurent Escoffier & David Franck
Illustrateur: Maud Chalmel
Éditeur : Space Cow
Joueurs : 2 à 4
Durée : 15 minutes
Âge : 4 +
Philibert | Ludum


On préconisait la variante coopérative dans laquelle on guidait Gabriel dans le choix de la peluche pour recouvrir le monstre du tour en cours. On essayait toujours de le remettre en question lorsqu’il choisissait trop hâtivement un jeton peluche qui semblait trop gros pour le monstre. Gabriel avait en effet compris qu’il fallait recouvrir la carte monstre avec un jeton peluche mais il prenait souvent la voie de la facilité en prenant le plus gros (surtout pour nous contredire !). Même si je gagnais, on continuait la partie jusqu’à ce qu’il ait aussi terminé.

Gabriel a bientôt terminé !

Quant à la partie narrative, on encourageait Gabriel à raconter des histoires à propos des jetons qu’il gagnait (comme préconisé par le jeu). Pour l’aider, nous racontions nous-mêmes des histoires et il s’exécuta par mimétisme.

Le deuxième jeu est Mollo l’escargot

Auteur : Felix Beukemann
Illustrateur: Gediminas Akelaitis
Éditeur : Gigamic
Joueurs : 2 à 4
Durée : 20 à 30 minutes
Âge : 4 +
Philibert | Ludum

Le jeu est très chouette car il stimule le sens de l’observation, la prise de décision et la notion de distance. Afin de l’aider à apprécier, nous avons fait comme si lui et moi jouions contre un automate. Ce dernier jouait une des 2 cartes aux hasard tandis que j’aidais Gabriel à bien choisir ses cartes. Avant qu’il ne joue une des cartes légume, je lui demande lequel parmi les 2 légumes était le plus proche de son escargot. Je lui demandais aussi s’il n’y avait pas le même légume mais encore plus proche de son escargot car les enfants sont vite focalisés sur un élément sans voir les éléments dans son ensemble. Après quelques parties, j’incluais les cartes spéciales et le guidais dans ses décisions.

La belle piste de légumes
Gabriel préfère souvent les pouvoirs aux légumes…
les cartes pouvoir apportent un côté plus tactique au jeu sans vraiment le compliquer

À côté de ça, il aimait juste jouer avec les pions qui sont solides et bien réalisés. Le matériel des jeux de société suffit aussi pour passer un chouette moment avec votre enfant.

Les beaux escargots !

Lorsque je joue avec madame, je passe souvent quelques pions à Gabriel pour qu’il joue dans son coin et créé une petite histoire. Il ne se sent pas exclu et je le sensibilise sur le respect du matériel (surtout que papa tient à ses jeux).


VaL

Cowmic et moi-même aussi avons des petits bouts, dont un de 3,5 ans qui était avec nous tout le temps. En cette période, les habitudes ont changées, et le télétravail des parents et l’école en moins, c’était une sacrée mission à gérer ! En plus des balades, des bricolages et divers apprentissages qu’on essayait de maintenir, il fallait laisser le temps aux jeux. Toujours en le proposant, jamais en l’imposant. Nous n’avons pas vraiment adapté de jeux, nous avons une belle ludothèque pour les enfants aussi, donc on en a profité. Nous en avons sorti un paquet de jeux pendant cette période, dont Attrape Rêves ou encore Dobble qu’on valide aussi, et voici les top 2 :

Gym Animo

Auteur : Anne-Lise
Illustrateur: Anne-Lise
Éditeur : Bioviva
Joueurs : 2 à 4
Durée : 20 à 30 minutes
Âge : 3 +
Philibert

Un des grands succès, il en redemandait toujours, c’était Gym Animo.
Il nous avait été conseillé lors d’un évent d’Asmodee où Bioviva était présent, un jeu recommandé par les psychomotriciens.
En tant que parent on valide, idéal pour la psychomotricité en effet !
Un plateau de jeu, des pions, des blocs en bois. Il faut passer la ligne d’arriver le premier en exerçant des actions figurant sur les cartes.
Une fois la mission accomplie, vous ne pourrez lancer le dé pour avancer sur la piste que si vous arrivez à poser un bloc en bois sur la pile. Un jeu qui travaille donc un tas de choses !

Toutim

Auteur : Marine Faraguna
Illustrateur: Elen Lescoat
Éditeur : Gigamic
Joueurs : 2 à 4
Durée : 20 à 30 minutes
Âge : 4 +
Philibert | Ludum

L’autre grand succès était Toutim.
Passer chez Dédale juste avant le confinement était une bien bonne idée, le jeu était posé en démo et nous avions été dirigés vers celui-ci.
Un jeu de cartes qui travaille l’observation des formes, des couleurs, des objets, où le parent ne s’ennuie pas.
J’en ai d’ailleurs déjà parlé dans un article coup de cœur que vous trouverez ici.


Conclusion générale

Jeunes parents et amateurs de notre passion partagée, n’hésitez pas à mettre le jeu de société en avant en tant qu’outil de développement pour nos petits chérubins. C’est un outil qui peut avoir des résultats rapides et productifs. Si vous vous dites que vous ne savez pas comment vous y prendre, lancez-vous tout simplement. Réadaptez au fur et à mesure des parties, et augmentez progressivement le niveau afin de pimenter l’apprentissage, car apprendre en s’amusant est toujours la meilleurs façon pour progresser rapidement.

Joseph, Daniel & VaL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hadara

29 juillet 2020

Ceylan

4 août 2020

%d blogueurs aiment cette page :