Reportages

Le week-end MBGA 2019

Du 8 au 10 mars a eu lieu le week-end consacré à la désignation du MBGA, le Mensa Be Games Awards. J’y étaits, je vous dis tout

Tout d’abord, Mensa, c’est quoi?

« Mensa est une organisation internationale réunissant des personnes à haut quotient intellectuel. elle rassemble mondialement plus de 100.000 membres. Mensa réunit des personnes intelligentes à un niveau local, national et même à l’occasion d’événments internationaux. »

Dans la continuation de cette présentation, vous pouvez en déduire que Mensa Be est la branche belge de Mensa. Tout le territoire du pays est couvert par l’ASBL puisqu’il y a des réunions organisées à Ath, Anvers, Bruges, Bruxelles, Gans, Herenthout, Hasselt, Louvain, Louvain-La-Neuve et Liège.

Outre ces réunions, les membres organisent principalement des conférences sur des thèmes très différents (l’Hindi, la science-fiction, la dégustation du vin ou l’hypnose…)(http://mbe.webfactional.com/members/activities.php?lang=fr) et des tests de QI pour permettre à tout le monde de savoir s’il pourrait devenir mensan en ayant un résultat supérieur ou égal à 98% des résultats obtenus. En pratique, autour de vous, ce 2% correspondrait à 1 individu sur 50. Ca fait pas mal de monde au final ! (plus d’infos via ce lien)

En fait, Mensa Be, c’est aussi le plaisir de la rencontre (avec des membres ou non), la démystification du HQI, une volonté énorme de passer de bons moments ensemble.

Le Mensa Be Games Award

Pour ses 50 ans, Mensa Be a eu l’idée de créer un prix ludique. L’idée est de mettre en avant ce que représente l’association : la rencontre, la convivialité et la stimulation de neurones.

En 2016, il y a eu 5 prix remis :
* Mensa Best Game 2016 : Codenames
* Mensa Youth Game : Cortex Kids
* Best Belgian Game : Kumo Hogosha
* Best Cooperative Game : Mysterium
* Best Mind Game : Codenames

Même chose en 2017 :
* Mensa Best Game 2017 : Unlock !
* Mensa Youth Game : Kingdomino
* Best Belgian Game : Magic Maze
* Best Cooperative Game : Unlock !
* Best Mind Game : Unlock !

En 2018, pas de prix, le but étant de décaler le prix d’octobre (avant Essen) à Mars (après Essen). Du coup, grand retour en ce début 2019 avec 13 sélectionnés pour participer à cette nouvelle édition. Pour l’occasion, les prix remis ont été un peu revus. A présent, ils sont 3 :

* Mensa Best Game : le meilleur jeu du point de vue réflexion et globalement
* Mensa Best Social Game : le jeu qui donne le plus de plaisir à jouer ensemble
* Best Youth Game : le jeu préféré des jeunes

En plus de ces trois prix, le meilleur jeu belge et le meilleur jeu coopératif seront mis en avant.

Et concrètement?

Pour organiser les Mensa Be Games Award, Mensa Be s’est entouré des professionnels du jeu que sont Les Dés Punchés et Imagimonde. Les trois partenaires font une sélection d’une douzaine de jeux récents (sortis dans l’année), disponibles en belgique et accessibles au grand public (ni trop longs, ni trop complexes, ni trop particuliers point de vue thème).

Ces jeux sont proposés au vote du public grâce à un formulaire en ligne mais aussi des Mensans et autres volontaires lors d’un week-end ludique où la sélection est jouée.

Cette looooongue introduction étant finie, venons-en au week-end auquel j’ai participé, une fois.

 Le MBGA Week-end

Le week-end commence le vendredi soir et finit le dimanche après-midi. Près de 48h  pour tester les 13 jeux de la sélection 2019. Un gîte est réservé du côté de Chimay, il peut accueillir entre 30 et 50 personnes, ce qui laisse de la place pour développer le week-end l’année prochaine. En effet, en plus des animateurs-organisateurs, nous sommes une vingtaine de participants, dont 3 non-Mensans, moi-même et deux gagnants du concours réalisé lord du centième Belgoludiconews. Je dis 3 non-Mensans mais l’accès à un test de QI est compris dans le prix du séjour. Nous saurons donc bientôt si nous pouvons participer en tant que membre au week-end l’année prochaine. En parlant du prix, le séjour coûte 130€ pour les non-mebmres (100€ pour les membres), comprenant 2 nuits dans le gîte, 2 petis-déjeuners et 4 repas chauds (je reviendrai sur la nourriture plus loin 😉 ), l’animation, un jeu offert à la fin du week-end et donc le fameux test qui est normalement payant. Il y a également une possibilité de ne venir que durant la journée du samedi et de payer à ce moment là 30€ pour les non-membres (25€ pour les Mensans).

L’accueil est chaleureux et on rentre vite dans le sujet avec un petit jeu de cohésion : on note le nom de tous les participants en vesion mots croiés, ainsi que le critère principal qui fait pour chacun qu’un jeu est bon. On enchaïne avec l’apéro et le repas qui donne le ton du week-end : on va s’amuser et bien manger.


La majorité des participants au week-end sont des joueurs mais plutôt amateurs. Ils ne connaissent donc pas la plupart des jeux présents. Les membres des Dés Punchés et d’Imagimonde sont là pour expliquer les jeux et aider en cas de problème. Imagimonde a d’ailleurs prévu de jolies mises en scène pour toute une série des jeux. L’immersion est encore plus forte.

L’ambiance est détendue pendant les parties. Le but n’est pas de gagner mais de découvrir, de s’imprégner du jeu. Par contre, en fin de partie, on redevient sérieux. Chacun est invité à écrire dans son petit carnet les notes (réflexion – convivialité – globale) qu’il donne au jeu, ainsi à écrire un petit texte pour justifier cet avis. On écrit, on discute… et on fait une petite photo en tenant un panneau sur lequel on a inscrit le mot qui décrit le mieux  le jeu pour nous. Et pas de langue de bois, qu’on aime ou qu’on déteste !

Régulièrement,  les participants se réunissent pour manger (je vous ai déjà dit que c’était très bon?) mais aussi pour échanger sur les jeux. Les photos de chacun avec son petit panneau sont diffusées, des sondages sont faits en direct, chacun peut défendre son poulain.

Annonce du Best Youth Game


Très rapidement, un petit tour des jeux en lice pour les prix :

* Bunny Kingdom :
Un jeu de draft, de placement de petits lapins sur le plateau et de gestion de territoire. On choisit une carte qui sera visible (pose d’un l lapin ou amélioration d’un lieu) ou cachée (objectif de fin de partie) puis on passe le paquet à son voisin.

* Carpe Diem :
Je déplace mon pion selon un sytstème de déplacement en étoile, je choisis une tuile dans le lieu où j’arrive, je place la tuile dsur mon plateau en essayant de faire des combinaisons intéressantes. A la fin de la manche, je choisis un objectif en espérant en trouver un qui me permettra de gagner des points. Rien de compliqué en apparence.

* Chronicles of Crime :
une enquête interactive. Via l’application, on se déplace de lieu en lieu, on interroge les témoins et suspects sur des personnes ou des détails matériels de l’enquête. Et on résout l’enquête si on ne se perd pas comme nous dans les éléments qui la composent.

* Décrypto :
Deux équiipes ayant chacune 4 mots devant elle. Un joueur reçoit un code chiffré qui cible 3 des 4 mots. Il doit inscrire 3 mots qui permettront à ses coéquipiers de trouver le code mais qui seront suffisamment compliqués pour que l’équipe adverse n’y comprenne rien.

* Gravity Superstar :
On se déplace en suivant la gravité (le sens du personnage sur le plateau), on ramasse des étoiles pour faire les meilleures combinaisons et on atterit – par mégarde – sur un autre joueur pour lui prendre une étoile.

* Histoire de peluches :
un jeu de société aux portes du jeu de rôle où l’on incarne des petites peluches qui partent à l’aventure. On progresse au fil des pages du livre-plateau et on combat à grands coups de dés les méchants.

* L’ile au trésor :
Tiré du livre de Stevenson, les pirates cherchent le trésor de Long John Silver. Celui-ci, en prison, n’a d’autre choix que de leur donner des indices – parfois vrais, parfois faux – en dessinant sur la carte -plateau. Quel pirate trouvera le trésor avant que Long John ne sorte de prison?

* Kitchen Rush :
Le stress des cuisines dans ce jeu coopératif en temps réel. On prend les commandes, on prépare les plats, on va au marché, on fait la vaisselle… Avec la voix d’Etienne Espreman qui nous nargue pour nous dire que la fin approche.

* The Mind :
Poser des cartes dans l’ordre croissant sur la table, ça parait facile. Ca l’est moins quand on ne peut pas parler… à moins qu’une sorte de cohésion ne se crée entre les joueurs.

* Orbis :
Les dieux créent leur monde pyramidal en rassemblant des petits-bouts de terre et en échangeant contre elles des adorateurs. Une sorte de puzzle-casse-tête.

* Santorini :
Le jeu abstrait de la sélection : je déplace un de mes pions et je construis autour de lui un étage de bâtiment. Le but étant d’arriver en premier en haut d’un bâtiment de 3 étages. Plus facile à dire qu’à faire.

* Shadows : Amsterdam :
Un mélange de Codenames et de Mysterium en simultané : je reçois une ou deux cartes avec une image et je dois me déplacer sur le plateau sur une image en rapport avec celle(s) que je viens de recevoir. Je passe par 3 check-points et je trouve la sortie avant l’équipe adverse.

* Solenia :
On ramasse des ressources autour de l’aéronef, on le fait bouger, on vend ses ressources, en faisant attention que le jour et la nuit se succèdent. Les places sont chères pour être le plus rentable.





Mon avis sur le week-end

On a bien mangé (comment ça? Je l’ai déjà dit?), l’ambiance était bonne, les jeux bien choisis, même si je n’aurais pas forcément fait exactement la même sélection.

Pour ce qui est du processus mental demandé pendant le week-end, j’ai trouvé ça très intéressant. Devoir se poser à la fin de la partie pour noter, écrire, discuter, ça fait ressortir des choses que l’on avait peut-être remarquées mais pas forcément identifiées. Un très bon exercice d’analyse de jeu.

Avec mes deux camarades, nous connaissions déjà la majorité des règles donc nous avons demandé assez peu d’aide mais elle nous a toujours été donnée rapidement, efficacement et avec le sourire quand c’était utile.

En résumé? Vivement l’année prochaine, une fois !

Et donc, les gagnants sont…

 Le Mensa Best Social Game a été attribué à Decrypto.

Le justificatif des votants : Decrypto est un jeu d’ambiance et de commnication par équipes, de l’éditeur Scorpion Masqué, réé par Thomas Dagenais-Lespérance. La mécanique,, toute simple, permet de combiner deux plaisirs de jeu : celui d’embrouiller l’adversaire tout en essayant de trouver les indices les plus subtils possibles. Un jeu très fun et très convivial, sans pour autant sacrifier la réflexion.

Le Best Youth Game a été attribué à Kitchen Rush  

Le justificatif des jeunes votants : Kitchen Rusch, de David Turczi et Vangelis Bagiartakis, édité en français par Geek Attitude Games. Un jeu coopératif de pose d’ouvriers en temps réel, tendu, immersif, et prenant. Un jeu complètement speed, aux mécanismes parfaitement imbriqués dans son thème.

Le Mensa Best Game a été attribué à Solenia

Le justificatif des votants : Solenia, de l’auteur et éditeur Sbastien Dujardin (Pearl Games), nous a séduits par sa simplicité et sa fluidité, la beauté et l’originalité de son matériel et de ses illustrations, et sa mécanique intéressante de plateau qui évolue en  cours de partie. Un magnifique jeu, tant pour les débutants que pour les joueurs plus confirmés. 

Laetitia 
Guest DJUF – Brussels Games Festival


Commentaires



21 mars 2019 à 3 h 29 min

Ce commentaire a été supprimé par l’auteur.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :