Ludisciences

Des solos à emporter partout…

Comme chaque année, j’aime vous présenter mon top 10 des jeux solos que je pratique et je compte bien le faire encore mais il est encore un peu tôt pour cela et puis, il ne sera pas aussi simple à établir que les autres années. Et pourquoi donc, me demanderez-vous ?


Le monde du jeu change

Il y a encore quelques années, il fallait vraiment étudier le marché, trouver des variantes non-officielles sur les forums, tester soi-même des règles, voire aller du côté du marché anglophone afin de trouver des petites pépites ludiques qui pouvaient se jouer seules. Maintenant, ce n’est plus le cas et mon commentaire ne se veut pas négatif, bien au contraire, mais par contre, nous assistons à un véritable raz-de-marée de jeux purement solos ou pouvant se jouer seul à l’aide de règles officielles. Je ne compte plus les jeux sortis dernièrement qui peuvent se jouer seul : Otys ; Les Explorateurs de la Mer du Nord ; Mission Pas Possible ; Gaia Project ; This War Of Mine ; etc, etc.

Cette longue liste s’ajoute à tous les jeux présents dans mes armoires et que je n’ai pas encore eu le temps de tester… nous sommes noyés.

Et tout ceci est, je pense, en partie grâce ou à cause de Kickstarter qui nous amène chaque jour de nouveaux jeux et dans lesquels on trouve comme Stretch Goals les fameuses règles solo tant réclamées par certains pledgers. Ces mêmes pledgers sont devenus maintenant une masse non négligeable, à tel point que les éditeurs « traditionnels » sont moins frileux à l’idée de publier un jeu « purement » solo.

Et c’est justement 3 petits jeux solos que j’aimerais mettre en avant aujourd’hui car ils viennent TOUS d’être tout juste traduits ! L’occasion était trop belle, alors c’est parti :

One Deck Dungeon (de Chris Cieslik, 1/2 joueurs)
Ce jeu est issu d’un Kickstarter qui a été financé voilà bientôt 2 ans et qui débarque maintenant, enfin, en version française pour notre plus grand plaisir, grâce à Nuts! Publishing, un éditeur de wargames à la base.

Mise en place

Dans One Deck Dungeon, nous sommes dans un classique « Porte, Monstres, Trésors » où vous incarnez un guerrier, un mage, etc. Votre but est de traverser le donjon afin d’aller dézinguer le boss. Au fur et à mesure de votre progression, vous aurez la possibilité d’évoluer, de monter de niveau, comme on dit et donc, d’être plus fort. Chaque héros possède des caractéristiques qui sont en fait le nombre de dés que vous pourrez lancer.

Avec mes dés de combat, je dois atteindre 11 pour détruire ce piège… c’est perdu.

Chaque fois que vous gagnerez une carte (après avoir combattu un monstre ou rencontré un piège), vous aurez 3 possibilités : prendre la carte et l’ajouter à votre personnage en tant qu’objet et donc augmenter le nombre de dés que vous lancerez ; prendre cette carte pour sa compétence spéciale ou encore convertir cette carte en points d’expérience.

Mon héros s’équipe petit à petit
La difficulté principale viendra de 2 choses : premièrement, c’est un jeu de dés ; donc l’aléatoire, tout ça ^_^. Deuxièmement, chaque action vous coûtera du temps et ceci est simulé par la défausse du deck. Tout en bas de la pile se trouve les escaliers vous permettant de descendre au niveau suivant où ce sera forcément plus dur. Il vous faudra donc gérer ce deck afin de descendre suffisamment vite pour rester en vie mais pas trop vite afin de pouvoir monter en expérience et être capable d’affronter le boss.
Plus on descend, plus il y a des trucs qui nous tombent dessus

Voilà, c’est un résumé très très bref de ce qu’on peut trouver dans One Deck Dungeon mais c’est un excellent jeu solo (qui peut se jouer à 2, en coop) qui se joue entre 30 et 60 minutes et qui propose une bonne rejouabilité. Vous trouverez également un système de campagne que je n’ai pas encore testé mais qui semble intéressant.

Qui plus est, le jeu possède déjà une extension qui, vu le succès, sera traduite, je pense, dans peu de temps.
Négociateur : Prise d’Otages (de A.J. Porfirio, 1 joueur)
Encore un jeu issu d’un Kickstarter, de 2014 cette fois-ci (oui, ça date) qui a excessivement bien marché : une pléthore de mini-extensions sont déjà disponibles en anglais et la première grosse extension (Crime Wave) a vu le jour en 2016. Il débarque seulement maintenant en français via Don’t Panic Games. Ici, vous l’aurez compris, vous êtes un négociateur et vous vous retrouvez face à de vilains méchants qui retiennent des otages. Votre mission sera de libérer au minimum la moitié des otages et d’arrêter le malfaiteur.

Mise en place
Jeu avec lequel j’ai eu pas mal de difficulté au début. En effet, nous sommes, à nouveau, face à un jeu de dés et je le trouvais tellement punitif qu’il est resté un certain temps dans mon armoire MAIS c’était en partie dû au fait que je jouais mal. Le jeu offre pas mal de possibilités et puis il faut être prévoyant, prudent. Au final, c’est super thématique, tout ce que vous allez tenter peut se retourner contre vous et vous en subirez les conséquences.
Concrètement, comment ça fonctionne ? A votre tour, vous allez jouer autant de cartes « Discussions » que vous le souhaitez. A chaque fois, ces cartes vous demanderont de réaliser des tests (jets de dés) et suivant les résultats, vous allez acquérir (ou non) des points de conversation que vous pourrez dépenser pour acquérir de nouvelles cartes plus intéressantes, plus puissantes pour faire évoluer l’histoire. Après cette phase d’achat, ce sera la phase de Terreur où le preneur d’otages réalisera une action.

Si je fais 2 succès, je pourrai diminuer la menace de 1 et avoir 1 pt de discussion

Jeu très très tendu, très punitif en termes de jets de dés et il vous faudra une certaine expérience afin de lisser (je dis bien lisser) un peu les résultats des dés. Je lui trouve une grosse courbe d’apprentissage.
Fuse ou Mission: Pas Possible (de Kane Klenko, 1 à 5 joueurs)
Terminons par un jeu un peu plus fun et nerveux. Distribué par Geronimo et édité par Renegade (Clank entre autre), vous devrez, en 10min, désamorcer un certain nombre de bombes en réalisant les combinaisons de dés demandées sur les cartes. Il y a évidemment une ou deux choses en plus pour vous compliquer la vie comme les cartes « Fuse » (désolé, je ne sais pas comment ils ont traduit ça dans la VF ^^) qui vous demanderont de défausser un dé rouge par exemple d’une de vos cartes ou encore un « 6 », etc. Evidemment, si vous jouez à plusieurs, ces cartes « Fuse » s’appliquent à chaque joueur, oui, ça peut faire mal.

En gros, à votre tour, vous allez tirer au hasard un certain nombre de dés (3 si vous jouez tout seul) et les lancerez. Ensuite, il faudra placer les dés en respectant les contraintes de vos cartes « bombes » (attention, si vous jouez à plusieurs, vous ne pourrez placer qu’un seul dé) MAIS si jamais vous n’arrivez pas à placer tous les dés jetés, vous devrez relancer les dés restants. Une fois cela fait, vous devrez retirer de vos cartes un dé correspondant soit à la couleur, soit à la valeur des dés que vous n’avez pas pu placer et là, ça commence à couiner !

C’est vif, c’est addictif mais c’est ultra dur… et c’est ça qui est bien, une fois. Un jeu de 10min qui est facile, on y joue et puis, on le range mais un jeu de 10min où vous perdez sur le fil, vous relancez direct une partie.

Cette carte me demande d’empiler les dés

Pulp Detective (Kickstarter)

Et pour conclure, je vous mentionnerais juste un petit Kickstarter en cours (enfin, il est quasiment terminé) : Pulp Detective, créé par Todd Sanders et édité par AV Studio Games qui développe les jeux d’Alban Viard (Clinic, Card City XL, etc). C’est surtout le style graphique qui m’a attiré, c’est ultra bien fait et bien pensé, on est vraiment plongé dans les années 30. Nous sommes dans un jeu de dés/cartes et de draft qui nous met dans la peau d’un détective et nous avons 24h pour résoudre une enquête. Jeu solo accompagné d’une variante à deux joueurs, l’éditeur a pris le risque du « Zéro Stretch Goals » afin de ne pas déséquilibrer le jeu et de ne pas mettre en retard la production, et ça marche, puisque pour le moment, ce n’est pas moins de 2 600 contributeurs qui ont rejoint le projet et il vous reste encore 30h pour monter à bord. Le jeu sera totalement traduit en français, en plus.

Une extension est fournie et semble amener pas mal de nouveaux mécanismes par rapport au jeu de base. Pour terminer, l’auteur a travaillé sur un système de campagne afin de lier toutes les histoires les unes aux autres. Personnellement, j’ai hâte.

Le Lien KS : ici.

Bon jeu

Al

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pulsar 2849

22 février 2018

Contrast

1 mars 2018

%d blogueurs aiment cette page :