Jeux belges

Eternity

Rendre un jeu de pli thématique est une chose assez difficile et souvent bien peu utile, il suffit de penser aux illustres ancêtres que sont le Whist ou la Belote pour s’en rendre compte.

Pourtant les auteurs d’Eternity (Jim Dratwa [le Bruxellois de l’étape] et Cyril Blondel [Flip Flap éditions]) y arrivent de bien belle manière en apportant cette petite touche poétique qui fait mouche.

Pour faire court, dans Eternity, vous devrez rétablir l’équilibre : les arbres se meurent et vous devrez essayer de leur redonner vie en les replantant sur les presqu’îles sacrées.

Mais comment je fais ça, moi ?

Le jeu est composé de 42 cartes réparties sur 3 familles. Chaque famille possède des cartes numérotées de 1 à 14 (la plus forte valeur).

Le jeu se déroule en 3 manches. A chaque manche, après la distribution, on va retourner 2 cartes parmi les restantes qui détermineront l’atout. Le plateau atout est composé de 3 tuiles symbolisant les 3 familles, la famille contenant le plus de cartes ou la plus à gauche, si il y a égalité, sera considérée comme l’atout pour ce tour.

Ici, c’est la famille du milieu qui sera l’atout pour ce tour


Ensuite, le premier joueur lancera le premier pli en déposant une carte. Les joueurs suivants ont, alors, 2 possibilités :
Participer au Pli : si le joueur a une carte de la même famille que celle jouée par le premier joueur, il DOIT la jouer. Si il n’en possède pas, il doit jouer une carte de la famille « Atout » et si il n’en possède pas, il peut jouer une carte de son choix.
        # S’engager : le joueur décide de ne pas participer au Pli et place une de ses cartes face visible devant lui. Sur chaque carte, il y a un symbole « arbre » qui est inscrit sous la valeur de la carte (0 pour les cartes 1 à 4, 1 pour les cartes 5 à 9 et 2 pour les cartes de 10 à 14). Le joueur prend alors le nombre de jetons « arbre » indiqué sur la carte.

Si je m’engage à l’aide de cette carte,

je gagnerai 2 pions « arbres »
Les pions « arbres »
Remarque : le jeu est jouable de 3 à 5 joueurs et jusqu’à 4 joueurs, il ne peut y avoir qu’un seul joueur « engagé » par pli ! A 5 joueurs, il peut y avoir 2 joueurs engagés.

Lorsque tous les joueurs ont joué une carte, le pli est terminé :
– 
Si des Atouts ont été joués, la carte de plus forte valeur l’emporte.
– Sinon, c’est la carte de plus forte valeur dans la famille demandée par le premier joueur qui gagne le pli.

Ici, le premier joueur a lancé le pli dans la famille bleue, le deuxième
joueur a suivi en jouant le 4 bleu et prends donc l’avantage sur ce pli

Le troisième joueur, quant à lui, joue une carte de la famille « atout »


Le dernier joueur possède le 1 bleu et il sait qu’il ne gagnera pas ce pli donc
il décide de s’engager avec ce 1 bleu afin de récolter un pion « arbre »


Le joueur ayant remporté le pli ramasse les cartes et les place face cachée devant lui gagnant ainsi une des fameuses « presqu’îles sacrées ».

La carte qui a été « engagée » à ce tour est placée maintenant dans le tableau d’atout, faisant ainsi éventuellement varier l’atout pour le tour suivant.

Et mes arbres ? Je les plante quand ?

A tout moment de votre tour, vous avez la possibilité de « planter un arbre » et donc de participer au rétablissement de l’équilibre, c’est-à-dire de placer un jeton « arbre » que vous aurez préalablement récolté lors d’un engagement sur un des plis (une presqu’île sacrée) que vous aurez gagné.

J’ai un pion arbre et un pli…

… je peux donc planter mon arbre sur ma presqu’île sacrée !
C’est très écologique tout ça, mais moi, je veux des points !

Une manche se termine lorsque les joueurs n’ont plus de carte en main, et ce nombre varie en fonction du nombre de joueurs. A ce moment, on procède à un premier décompte et les joueurs vont compter les plis et les jetons « arbres » en leur possession :
– Si vous avez autant de jetons « arbres » que de plis, félicitations, l’équilibre est parfait et vous marquez 1 point par arbre + 2 points supplémentaires.
– Si vous avez des presqu’îles sacrées sans arbres, vous marquez uniquement 1 point par arbre en votre possession
– Par contre, si vous possédez des jetons « arbres » sans presqu’îles pour les planter, vous ne marquez aucun point !

Testé lors du festival Jeux de NIM

Remarque (pertinente !) : Si vous ne faites aucun pli et que vous ne prenez aucun jeton « arbre », vous marquez tout de même les 2 points supplémentaires.


Ensuite, on passe à la manche suivante mais les décomptes évoluent ! En effet, lors de la seconde manche, vous marquerez 4 points bonus si vous respectez l’équilibre entre vos arbres et vos presqu’îles et 7 points bonus lors de la troisième manche.

Voilà, vous savez tout.

La Conclusion ?

Même si ma préférence ira au Whist (mon avis est biaisé, je l’ai pratiqué pendant des années, tous les jours), je peux aisément retrouver les qualités de celui-ci dans Eternity :  du bluff, une bonne part de calcul et de la prise de risque. Je trouve que tout le sel du jeu vient vraiment de cette possibilité de « S’engager » au lieu de jouer le pli car d’une certaine manière, vous tentez de prendre des points lors d’un pli que vous savez perdu pour vous mais en même temps, vous vous rajoutez une contrainte car vous DEVREZ réussir un pli afin de planter votre arbre ou bien, peut-être que vous vous engagerez afin de modifier l’atout pour prendre l’ascendant sur le reste de la manche. C’est vraiment une idée lumineuse que les deux auteurs nous ont trouvée là et cela apporte un vent de modernité très apprécié. Bref, tout dans Eternity est une question d’équilibre, une fois.

Pour terminer, on apprécie particulièrement les graphismes léchés des cartes qui font un effet de « zoom » sur une des parties de la fresque globale, c’est beau et bien réalisé. Remarque pour les amis daltoniens : ne vous inquiétez pas, les dessins sont suffisamment distincts pour pouvoir repérer très rapidement quelle famille est jouée.

Remarque : les auteurs proposent une variante pour 2 joueurs mais elle n’a pas été testée lors de ce test.

Bon jeu

Al

Fiche Technique :

Auteurs : Jim Dratwa & Cyril Blondel
Illustrateur : Virginie Rapiat
Editeur : Blackrock Editions
Distributeur : Geronimo
Prix : 15€
Joueurs : 3 – 5
Age : 10+
Durée : 30 min


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Festival En Jeux 2016

22 novembre 2016

Argo

1 décembre 2016

%d blogueurs aiment cette page :