Acteurs

Plato Magazine

Nous vous présentons aujourd’hui un acteur belge particulier, en ce sens où il est assez unique en son genre : il s’agit du Plato Magazine. Magazine belge spécialiste du jeu de société.
Chez DJUF, on est curieux, on leur a posé plein de questions…

Son historique…


Plato Magazine existe grâce à Didier Delhez, son éditeur.
Le premier numéro est paru en novembre 2005, Plato fêtera donc bientôt sa 11ème bougie !
À l’époque, Didier était graphiste et enseignant dans cette branche. Il avait envie de créer un magazine pour le plaisir d’en faire la mise en page et, parmi plusieurs possibilités, c’est le thème des jeux de société qui a été retenu.
Il y avait une volonté de guider les lecteurs dans le choix d’un jeu, car on peut vite se retrouver perdu dans les rayons grandissants des magasins spécialisés, les informations contenues sur les boîtes aidant rarement.
Mais en fait, Plato aurait tout à fait pu être un magazine sur la musique rock.

Mais qu’est-ce qu’on peut trouver dans le Plato Magazine ?


Le goodies du n° 91

Vous y trouverez un tas d’infos diverses et variées :
Des articles chroniquant des jeux de tout horizon et même sur des applications numériques, des infos
sorties de nouveaux jeux, des interviews d’acteurs en tout genre, des avis de chroniqueurs, des annonces d’événements, des infos sur le magazine, des mini-jeux, et depuis le numéro 30 du magazine, vous trouverez systématiquement 1 ou 2 goodies offerts avec votre magazine.
Personnellement, je l’ai adopté sur la table de nuit. Je trouve le magazine bien ficelé, agréable à lire, agréable aux yeux.

Les meeples notant les jeux selon les chroniqueurs

Pour les chroniques jeux, les chroniqueurs ont la possibilité d’utiliser un symbole, une note indiquée par un meeple, indiquant s’il a adoré le jeu, ou moins, ou pas du tout. Je dirais que ceci est à prendre au second degré, c’est très subjectif, dans le sens où tous les goûts et les couleurs sont dans la nature… J’ai pu y voir un jeu que j’aimais beaucoup noté par un meeple rouge, et inversement, y voir un jeu que je n’ai pas aimé du tout noté d’un meeple vert.

Les chroniques vous donnent une bonne idée du jeu, mais n’hésitez jamais à vous faire votre propre avis 😉
« Au niveau du contenu, nous nous efforçons de proposer quelque chose de différent de ce qui existe sur internet : nous sommes tenus à certains délais inhérents au format de la presse papier, dont nous faisons une force ; le format nous permet également des textes plus longs et plus sérieux que ce dont le web a l’habitude, surtout dans un domaine comme le nôtre. Nous recevons aussi régulièrement des compliments qui soulignent la variété de nos écrits, l’équilibre entre les chroniques et les articles de fond. »

Et aujourd’hui ? 


Didier n’intervient quasi plus dans le contenu du magazine, mais c’est encore lui, ou sa compagne Marie Ooms, qui s’occupe de la mise en page. Il gère aussi toute la logistique liée au magazine et à sa distribution.
La gestion du contenu est désormais confiée à Hélène Graveleau, la rédac’chef. C’est elle qui valide les papiers des rédacteurs, notamment en vérifiant que les consignes de rédaction sont respectées et que le contenu est intéressant et bien formulé.
En plus de cela, elle orchestre les numéros à venir en planifiant leur contenu et en coordonnant les sujets et les rédacteurs pour obtenir des dossiers bien ficelés.
« À propos d’Hélène, nous sommes fiers qu’elle fasse partie du jury qui décerne le prestigieux As d’Or. »

Dans la team, il y a également deux relectrices, qui corrigent les textes à plusieurs reprises lors de
différentes étapes de l’avancement du magazine.
Elles s’assurent que le produit fini est impeccable, tant au niveau de l’orthographe et de la grammaire que de la compréhension et de la mise en page.

Une quinzaine de rédacteurs font partie de l’aventure de Plato, sans qui le magazine n’aurait pas de contenu. Chacun peut indifféremment rédiger des chroniques, des interviews ou des articles de fond, en fonction de ses préférences personnelles, des jeux qui lui sont attribués et du temps qu’il souhaite consacrer à Plato. Car pour la majorité d’entre eux, Plato est une activité complémentaire à leur travail principal.
Il arrive aussi que des intervenants externes proposent de rédiger un article pour Plato de façon ponctuelle.

Depuis le début de l’aventure, de nombreux rédacteurs ont quitté les pages du magazine, et de nouveaux ont rejoint l’équipe.
« D’ailleurs, tous les rédacteurs du premier numéro ont depuis lors cessé de contribuer à notre magazine. Plato fonctionne à l’envie et à l’enthousiasme de ses collaborateurs ; alors que la motivation et la disponibilité fluctuent pour chacun d’entre nous, la dynamique de groupe est sans cesse entretenue ! »

Les débuts de Plato Magazine…


Dès le départ, il s’agissait d’un mensuel qui paraissait dix fois par an. À l’époque, il était distribué en kiosques, mais cela générait beaucoup de gaspillage et une certaine perte financière, les invendus partant au pilon.
Il est passé bimestriel en 2007 et a été ensuite publié en format numérique du numéro 16 au 25, pour revenir sur papier par la suite à la demande des lecteurs et retrouver sa publication mensuelle.
« Progressivement, son succès lui a permis de passer de 44 à 64 pages et, en ce moment, nous sommes occupés à préparer notre 92e numéro ! ».

Plato Magazine, en chiffres, ça donne quoi ?

Et d’ailleurs, on se le procure comment ?


Le tirage habituel est de 1500 exemplaires, dont environ 850 vont directement chez les abonnés. Le reste est réparti entre leurs distributeurs belge et français, et leur stock pour les commandes ultérieures passées directement sur leur site.
« Notre modèle est sans doute bon, puisque nous sommes actuellement le seul mensuel francophone imprimé sur le sujet. Nous souhaitons encore nous développer, nous assurer que toutes les boutiques nous connaissent et sachent comment procurer Plato à leur clientèle. »
Avis donc aux boutiques ! 🙂

Le dernier n° sorti

Vous pourrez acquérir un numéro au prix de 8€, ce qui peut paraître cher au premier abord, mais son prix se justifie par son petit nombre de tirages – certes, le JDS est en pleine expansion, mais nous n’en sommes malheureusement pas encore à pouvoir se dire que ça pourrait se vendre comme un magazine people, on attend ce jour avec impatience chez DJUF !!! – , mais aussi et surtout, Plato est un magazine écologique.
Tout ce qui est utilisé de sa rédaction à sa livraison chez vous ou en boutique est pensé en ce sens. Un gros atout quand on connait l’état de notre belle planète.

Il existe également une formule abonnement, pour tous les détails et les questions que vous pouvez vous poser à son sujet, ça se passe ici.
Pour vous le procurer, rendez-vous sur leur site internet, ou renseignez-vous auprès de votre boutique spécialisée de jeux de société.

Plato Magazine, sur Internet ?


Bien sûr, le magazine possède un site internet que voici : www.plato-magazine.com
« Le site internet actuel est maintenu à jour, mais visuellement moche et désuet. On est en train de bosser sur une nouvelle version, qui proposera entre autres du contenu complémentaire au magazine. »
En attendant, n’hésitez pas à aller y jeter un œil, vous pourrez même y trouver certains numéros gratuits, y trouver la liste des jeux chroniqués, des adresses, et plein d’autres choses 😉
Evidemment, il existe également une page Facebook que je vous invite à aller voir tout de suite.

Et si Plato Magazine changeait des vies ?


« Pour certains de nos rédacteurs, leur contribution à Plato a servi de tremplin à leurs projets, en les appuyant et en étoffant leur carnet d’adresses. Ainsi, Éric Hanuise (Flatlined Games) et Benoît Forget sont devenus éditeurs ; Christophe Raimbault, ludothécaire, puis auteur ; Vincent Bonnard a rencontré son éditeur par notre entremise… Pour Hélène, c’est devenu une bonne part de son activité professionnelle, et moi-même, c’est à la suite de mon entrée dans l’équipe Plato que j’ai trouvé une place dans le milieu professionnel du jeu. Au-delà du magazine lui-même, Plato, c’est une aventure qui peut changer des vies ! »
Nous, lire ça, ça nous donne la patate ! Ça ne vous donne pas envie d’écrire ?

En festival !

L’équipe adore recevoir des messages ainsi que des commentaires sur le magazine.
Donc, si vous souhaitez les contacter pour une raison quelconque, n’hésitez pas à leur envoyer un e-mail, ils se feront un plaisir de le lire et d’y répondre. Leurs coordonnées ici !
Il est également possible de les rencontrer sur les principaux salons et festivals, où ils ont généralement un stand.
Les membres de la Plato Team sont alors souvent occupés à arpenter les allées, reconnaissables à leur T-shirt rouge.
D’ici-là, n’oubliez pas d’aller jeter un œil sur leur page Facebook !

Merci à Laetitia Di Sciascio, qui fait partie de la team des relecteurs/correcteurs du magazine, ainsi qu’à Hélène et Marie, citées dans l’article, d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, une fois !

VaL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :