Jeux belges

HOPE

– Update (11/07/2016) – 

HOPE a atteint son but de financement sur KICKSTARTER et ce en moins de 48h !!!

Il a récolté 98 889$ sur les 25 000$ souhaités (presque 400%)
et 18 Stretch goals ont été débloqués.
Bravo à toute l’équipe Morning Players & à Olivier Grégoire pour ce beau succès.

Attention : toutes les photos présentées dans cet article sont issues de prototypes. Tant le matériel que les illustrations sont encore en phase de test et sont donc soumis à de possibles modifications ultérieures. Merci.


Dans les jeux, on vous propose souvent de construire votre empire, de dominer le monde ou encore de sauver la planète de l’invasion de Cthulhu et ses amis. Mais franchement, si on passait la seconde et qu’on vous proposait enfin un enjeu digne de ce nom ? Et si on sauvait l’univers de sa destruction ? Ah beh voilà, là, on a quelque chose de consistant.

C’est ce que vous propose HOPE, le dernier-né d’Olivier Grégoire. Nous sommes en 5341 et une fois n’est pas coutume, tout va bien sur la planète Terre, c’est l’univers qui ne va pas bien, il est entré en Régression. Vous êtes membre de la H.O.P.E (Human Organisation to Preserve Existence) et vous avez pour mission de sauver l’univers de sa Régression. Pour cela, vous devrez coopérer afin de terraformer les différentes planètes et les sauver de la destruction. Evidemment, il y a toujours des gens qui pensent que ce qui doit arriver, doit arriver, ces personnes composent la NOPE et il se pourrait bien qu’un de leurs agents ait infiltré votre mission.
HOPE, c’est un projet de 6 ans porté à bout de bras par Olivier. Au tout début, c’était un jeu avec des lapins… Maintenant, on sauve l’univers. Oui, il y a du chemin parcouru (ou bien l’auteur aurait-il pris le melon ? ^_^) et ce n’est pas encore terminé, car HOPE n’existe pas encore réellement. Il existera peut-être ce soir, grâce à vous, qui sait ? En effet, HOPE va débouler sur Kickstarter ce jeudi soir à 18h. Après avoir connu un échec l’année passée, Morning Players, l’éditeur, n’a pas baissé les bras et a consacré toute cette année à redesigner le primé du concours CNJ de Boulogne-Bliancourt 2012 aussi bien au niveau graphique qu’au niveau des règles.

Si vous souhaitez toute l’histoire qui tourne autour de ce jeu, je vous invite à regarder les petites vidéos qui ont été réalisées dans les studios de Tric Trac : ici.

Si vous ne connaissez pas HOPE, je vous invite à lire la suite où je tente de vous résumer le jeu et si vous le connaissez, vous pouvez directement sauter à la fin de l’article où je vous donne mon avis et plus d’infos sur la campagne à venir.

Et maintenant, parlons un peu du jeu :


Nous sommes dans un jeu semi-coopératif où il faudra coopérer pour stabiliser des planètes à l’aide de nos pionniers qui apporteront la technologie nécessaire à cette stabilisation. Une fois la chose faite, ces pionniers sont enlevés des planètes et placés sur le « Plateau Mission » qui fonctionne également comme compte-tour. En effet, c’est un peu une course contre le temps qui nous attend, nous devons atteindre la fin de la piste du plateau avant le « Marqueur de Régression » auquel cas, ce sera la défaite, excepté pour le traître qui aura peut-être infiltré nos rangs. En fin de partie, si nous gagnons notre course contre le Marqueur de Régression, il n’y aura qu’un seul vainqueur (semi-coopératif, je vous le rappelle) et vous l’aurez deviné, celui qui aura le plus de pionniers de sa couleur sur le Plateau Mission sera le gagnant de la partie.


Le plateau Mission. A chaque fois que le Marqueur de Régression (ici, un futur pionnier… désolé, on a fait avec ce qu’on avait) traversera la ligne où se trouve les Pionniers, bam, on perdra une planète.

Début de partie


Concrètement, chaque joueur va incarner un personnage possédant un pouvoir bien particulier. Chaque joueur aura également un tableau de contrôle personnel, des pionniers et, forcément, une navette spatiale… c’est plus pratique pour parcourir l’univers, une fois.

En début de partie, chaque joueur recevra une carte lui révélant son affiliation : HOPE ou NOPE. Et pour rappel, il se peut qu’il n’y ait aucun traître lors de votre partie. Chacune de ces 2 organisations ont des conditions de victoire différentes :
  • HOPE : vous devez arriver au terme de la piste du plateau Mission avant le Marqueur de Régression. Le joueur ayant le plus de pionniers sur cette piste gagne la partie.
  • NOPE : le Marqueur de Régression doit atteindre le bout du Plateau Mission ET il doit avoir le plus de pionniers placés sur les planètes du plateau central.
Les cartes affiliations

Le Matos

Le plateau central, parlons-en d’ailleurs, c’est la chose la plus intrigante, la plus importante mais aussi la plus difficile à appréhender du jeu. Il est composé de 36 tuiles + 1 tuile centrale représentant la Terre et chacune de ces tuiles mime une galaxie composée de 3 dimensions. Cet ensemble de tuiles va former l’univers dans lequel nous allons nous déplacer. Ces 3 dimensions sont de 3 couleurs différentes et chaque dimension est soumise aux effets du pôle d’attraction de la même couleur. Ces pôles d’attraction sont indiqués dans les coins du plateau et ce sont eux qui vous aideront à vous déplacer dans l’univers.

Une tuile galaxie avec ses 3 dimensions et
la technologie nécessaire à sa stabilisation

Chaque joueur possédera un tableau de bord sur lequel il viendra placer son personnage. Ce tableau vous aidera à savoir quels déplacements sont disponibles lors de votre tour, il indique également votre grade au sein de l’organisation et le nombre de cartes technologies que vous pouvez avoir en main.

Un tableau de bord

Ok, mais je fais quoi à mon tour ?


A son tour de jeu, le joueur actif doit effectuer 1 des 2 actions suivantes : Déplacement ou Polarisation.

#1. Le Déplacement : Il y a 3 types de déplacements possibles dans HOPE et 1 mouvement joker : aller vers le pôle d’attraction, s’éloigner du pôle d’attraction et effectuer une glissade/un mouvement latéral. Le mouvement « Joker » est très utile puisqu’une fois que vous avez activé un type de déplacement, vous ne serez plus en mesure de l’utiliser avant votre prochaine « Polarisation », j’en parle juste après.

Dans cet exemple, la navette jaune se trouve dans la dimension
 rouge et réalise un mouvement « vers le pôle d’attraction ».
Elle a donc 2 possibilités de déplacement comme représenté sur
la photo. Lors de ce déplacement, la navette jaune peut s’arrêter
sur n’importe quelle dimension rouge de son trajet.
Dans cet exemple, la navette orange réalise
un mouvement pour s’éloigner du pôle d’attraction.

Lors de votre déplacement, vous avez la possibilité de :
-> soit déposer vos pionniers sur les différentes planètes que vous croiserez MAIS à condition que vous possédiez et que vous défaussiez la technologie requise par la planète. Ceci permettra de stabiliser les planètes.
Toujours dans le même exemple, la navette jaune peut décider
de déposer ses pionniers en 1,2 ou 3. Pour cela, le joueur
devra donc défausser les cartes technologies correspondantes
au symbole placé au centre de la tuile.
Par ailleurs, si le joueur veut terraformer les 3 planètes en « 1 »,
 il devra défausser 3 cartes de technologie identiques.
Entre « 1 » et « 2 », le joueur ne peut pas terraformer les planètes
qu’il croise car elles ne font pas partie de la même dimension.

-> soit de ne déposer aucun de vos pionniers et dans ce cas, vous pouvez refaire votre main en cartes technologie, comme indiqué sur votre tableau de bord.
Ici, le joueur a déjà utilisé son mouvement
« Aller vers le point d’attraction » (en haut à gauche).
Si jamais il décide de refaire sa main en cartes technologie,
il pourra avoir 7 cartes en main,
comme indiqué par le curseur à droite du tableau.

#2. La Polarisation : Pour pouvoir polariser, il faut, au préalable, avoir réalisé au moins un déplacement. La polarisation vous permet de :
-> Réinitialiser tous vos curseurs de déplacements
-> Changer de dimension

Ici, la navette jaune réalise une polarisation.
Le joueur va donc déplacer sa navette
dans le sens horaire vers la prochaine dimension.
A la fin de votre tour, les cartes technologies que vous avez défaussées sont placées sur le Plateau Technologie (oui, ça fait beaucoup de plateaux) qui vous indiquera également de combien le Marqueur de Régression avancera sur le Plateau Mission. Sur ce Plateau Technologie, on trouve 3 piles de défausses, à vous de choisir sur quelle pile vous allez déposer vos cartes tout en sachant que le Marqueur de Régression avancera de 1 pour chaque symbole « Régression » visible. Après cela, vous récupérez la carte technologie située au-dessus de celle-ci. Pour finir, on fait avancer le Marqueur de Régression d’autant que de symboles visibles et si le Marqueur de Régression traverse la ligne des pionniers, la tuile galaxie sur laquelle se trouve le Monolithe de Régression disparaît sauf si il s’agit d’une galaxie précédemment stabilisée.

Des exemples de cartes technologie avec
le symbole Régression au bas de celles-ci.

Partie en cours, l’univers part en cacahuète…

Actions alternatives :
Il reste à parler des 2 actions alternatives : une fois par tour, un joueur pourra améliorer son personnage (augmenter son grade ou augmenter son nombre de cartes en main) et une fois par partie, un joueur pourra lancer une accusation envers un autre joueur et peut-être démasquer le « possible » traître qui se cachait parmi vous.

L’amélioration de son personnage se fait grâce à un système de médailles. Médailles que l’on récupère en aidant ses adversaires à terraformer les galaxies et en explorant les frontières de l’univers.

Ces mêmes médailles seront très utiles au traître si jamais il se fait dénoncer, car à partir de ce moment-là, il pourra enlever un pionnier d’une tuile Galaxie par laquelle il passe en défaussant une médaille.

Ce que j’en ai pensé ?


Franchement, beaucoup de bien.

Premier point, l’idée de base ! Quelle audace et quelle imagination. Le thème et l’univers proposé par l’auteur qui sont complètement en adéquation avec ce concept d’illusion d’optique. Il y a eu énormément de travail autour des graphismes afin de proposer un visuel pour les tuiles afin que ça soit lisible et immersif.

J’aime beaucoup le côté semi-coopératif car effectivement, sans entraide, la sentence sera sans appel et une défaite cuisante vous attend. Et on était en mode « facile » ^_^, par la suite, si vous vous sentez d’attaque, vous pourrez augmenter la vitesse de la Régression ou rajouter des cartes « Bugs » qui vous apporteront bonus ou malus.

Le plateau Technologie est une vraie bonne idée, il y aura toujours une carte qui vous intéressera et vous serez tenté de la prendre mais le ferez-vous au détriment de votre équipe ? Au risque de faire avancer trop vite le Marqueur Régression ? Et au risque de vous attirer la suspicion de vos adversaires ?

Le côté course contre la montre est également très plaisant et fonctionne à merveille.

Comme d’habitude, le traître aura fort à faire pour rester caché et gagner. Emmagasiner discrètement les médailles (en cas de dénonciation), faire progresser subtilement le Marqueur Régression et finalement être majoritaire sur les tuiles galaxies. Tout ceci n’est pas simple car vos pionniers peuvent être utilisés par vos adversaires afin de stabiliser entièrement une galaxie ou bien, ils peuvent disparaître sous l’effet du Monolithe de Régression.

Il n’y a finalement que 2-3 éléments « gênants » dans cette avalanche de compliments :

  • Le plateau principal et son illusion d’optique qui risque de compliquer la vie à quelques joueurs. Au début, c’est assez perturbant et on a très très souvent envie d’avoir une confirmation « officielle » quant à savoir si le déplacement qu’on s’apprête à faire est correct ou non. Et il est évident que certains joueurs seront plus à l’aise avec le concept que d’autres, ce qui risquent de nuire quelque peu à leur expérience de jeu.
  • Le livre de règles : évidemment, il y a encore de grandes chances que celui-ci change mais pour le moment, je trouve qu’il manque pas mal d’exemples afin de bien comprendre les différents aspects du jeu, notamment au niveau des déplacements (navettes et Monolithe de Régression) et c’est dommage que MP ne s’attarde pas plus ces «détails » car, au final, les règles sont assez simples.
  • La découverte du Traître qui n’apporte pas grand-chose au joueur accusateur. Je trouve qu’il a plus à y perdre qu’à y gagner mais ceci n’est que mon avis après 2 parties.

Qu’est-ce qui nous attend pour ce Kickstarter ?


MorningPlayers va tenter de lever les 25.000$ nécessaires à la création du jeu en proposant 2 ou 3 niveaux de pledges : le jeu de base à 49$, une version de luxe à 69$ et peut-être une version à 99$ composée de la version de luxe et d’un super bonus tenu encore secret.

Hmm, un des joueurs n’a visiblement
pas compris à quoi servait la ventouse !
Par gentillesse, nous tairons son nom ;o)

Dès le début de la campagne, 3 stretch goals (pallier de 5 000 $) seront proposés, histoire d’attiser un peu la convoitise des gens et une vingtaine de stretch goals sont déjà prévus. Parmi ces stretch goals, il y aura forcément de nouveaux personnages à incarner dont un qui sera créé par la communauté KS et qui sera donc complètement exclusif ainsi qu’une nouvelle ventouse servant à retourner les tuiles terraformées et évidemment plein d’autres choses.


Autre chose importante à signaler, il n’y aura pas de frais de port pour l’Europe et ça, c’est bien car c’est souvent une chose sous-estimée dans les Kickstarter.

MP a également pensé aux boutiques en leur proposant une offre spécifique, avec une boite offerte si elle partage un lien vers la campagne sur leur compte Facebook / Twitter. Offre somme toute sympathique.

Bref, après une année riche en playtests et en communication, Olivier Grégoire et Morning Players se préparent au nouveau lancement de HOPE et on ne peut que leur souhaiter un beau décollage… vers l’infini et au-delà (désolé, j’ai pas pu résister).

RDV ce soir à 18h sur Kickstarter.
En attendant,vous pouvez patienter grâce à la version Print & Play téléchargeable ici.

Vous pouvez également trouver plus d’infos sur le projet sur ici
La page de l’illustrateur du projet : ici
Le livre de règles : ici
Bon Jeu
Al

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Olivier Grégoire

2 juin 2016

Keep Cool

14 juin 2016

%d blogueurs aiment cette page :