Reportages

Festival Fol’en jeux

Dimanche 16 septembre : alors que Bruxelles vivait au rythme des vélos, piétons, rollers et autres modes de mobilité douce lors de la journée sans voiture, à 125 km de là, à Verviers, pays de la tarte au riz, la 5e édition du festival Fol’en jeux battait son plein.
C’était la première fois que j’y allais, et aucun autre membre de l’équipe n’y avait encore mis les pieds. Il faut dire que la route peut faire un peu peur même si, finalement, on y est assez facilement. Le festival est d’ailleurs idéalement situé : à la fois proche de la gare et de la sortie d’autoroute, avec un grand parking à disposition. Petits retours sur cette journée de découvertes ludiques !

Découverte des lieux


Le festival se déroule à l’intérieur de l’Hôtel Verviers. On y entre par l’entrée principale où l’on est directement accueillis par quelques jeunes stewards et hôtesses. Ceux-ci ne sont pas de l’hôtel, mais sont des étudiants de 6e de la section Auxiliaire administratif et d’accueil de l’institut Ste Claire de Verviers. On est donc très bien reçus, même si c’est un peu formel. Le festival étant gratuit, on peut directement se lancer dans la découverte des lieux : le festival s’étend dans plusieurs salles différentes : au rez-de-chaussée se trouvent les différents éditeurs et distributeurs (principalement belges, une fois), en sous-sol, on retrouve plusieurs associations ainsi que de nombreux jeux animés par des bénévoles ainsi qu’un espace enfants. Et pour les amateurs de tournois, un espace spécialement dédié est prévu.

Jeux testés


Je commençais à peine un petit tour d’exploration afin de repérer les lieux quand je suis passé à côté du stand de Geek Attitude Games. Une table de Crisis, leur nouvelle localisation, se lançait justement, et il restait une place libre. C’était parfait pour se lancer ! Et j’ai vraiment apprécié ce jeu ! Nous incarnons des sociétés tentant de redresser une économie en pleine crise. Le jeu joue clairement contre nous, et même si nous sommes en compétition, il ne faut pas laisser les autres prendre trop de retard sous peine qu’ils entraînent tout le monde dans leur chute ! Ce fut d’ailleurs ce qui se produisit à la fin de la 3e manche (sur 7), l’économie avait sombré de manière irrémédiable… Le jeu devrait sortir très prochainement en boutique et sera bien entendu aussi disponible à Essen. Et j’ai vraiment hâte d’y rejouer !

J’ai directement enchaîné sur un autre jeu de l’éditeur bruxellois : Dicium, qui sortira pour Essen. Et ici ce n’est pas un jeu mais 4 qui sont proposés dans la boîte ! J’en avais déjà testé deux, Fred m’en a fait découvrir un 3e : Civilisation. L’idée est d’utiliser une même mécanique et de développer plusieurs jeux aux thèmes différents autour de celle-ci. On jette donc les dés que l’on peut combiner de plusieurs manières, soit selon les chiffres, soit selon les couleurs, afin d’effectuer des actions. Et selon l’envie, on pourra donc se retrouver à développer une civilisation, à faire une course dans un canyon, à faire s’affronter nos samouraïs ou à explorer un donjon en coopération. La mécanique tourne bien et le matériel est bien pensé. Il faut juste s’habituer à la gymnastique de la lecture des différentes combinaisons possibles. Très plaisant, on vous en parlera plus en détail à sa sortie.

Après ces deux jeux, il était temps de changer un peu de stand, je me suis donc retrouvé au sous-sol, parmi les associations. L’une d’entre-elles (l’académie citoyenne BAO-Jeunesse) proposait des jeux coopératifs d’un éditeur néerlandais que je ne connaissais pas : Sunny Games. Le temps d’attendre des partenaires de jeux et je me suis lancé dans Les Yeux de la jungle. Léger mais tout de même agréable à jouer malgré des illustrations assez vieillottes (le jeu date de 1991, c’est normal). On s’est bien amusés et la victoire était à la clé. J’ai ensuite discuté un bon moment avec les membres de cette association qui propose de l’éducation par le jeu (entre autres). Je vous en parle plus en détail un peu plus bas.

J’ai ensuite rapidement testé Bellz avec Charlotte, dans lequel on devait réussir à attraper les grelots de sa couleur avec un aimant, sans attirer les autres. Pas grand chose à dire de plus sur celui-là.

Je suis enfin remonté au stand de Geronimo pour essayer Krom, un jeu de collecte de composants afin d’obtenir des cartes évolution et être le premier à atteindre 10 points. A chaque tour on choisit secrètement l’endroit où l’on se rend (parmi 4 lieux disponibles). Si l’on tombe sur un adversaire ou sur le Kromausaure (qui se déplace aléatoirement) il faut d’abord combattre et voir si l’on survit. On peut ensuite faire les actions liées au lieu où l’on se trouve : essayer de collecter des ressources dans les bois, chasser dans la savane ou prouver votre valeur en grimpant à la montagne. Il est aussi possible de commercer dans la caverne ou s’y reposer. Le début de partie fut très amusant, on se prend au jeu et les tours s’enchaînent assez rapidement. Par contre, la partie nous a semblé un peu longue sur la fin, je serais curieux d’y rejouer pour affiner mon avis.

Toujours, chez Geronimo, j’ai pu découvrir Planet qui sortira bientôt chez Blue Orange. Au premier coup d’œil, le matériel attire ! Le jeu propose une collecte de tuiles afin de créer une planète idéale pour la vie de plusieurs espèces animales. Et bien sûr, la planète est en 3 dimensions avec des plaquettes aimantées afin de pouvoir y placer les tuiles que l’on récupère. Le but étant de remplir différents objectifs au fil des tours en plaçant les bons types de terrains sur notre planète. Je n’ai pas pu faire de partie mais le jeu a très bien tourné toute la journée, et semblait très bien fonctionner quel que soit le public. Encore une sortie que je suivrai avec attention.

Autres éditeurs et distributeurs présents 


Malgré la distance, il y avait beaucoup d’éditeurs belges connus à Verviers : j’ai déjà mentionné Geek Attitude Game mais il y avait aussi Hellion Cat (Avec Cat’astrophe qui a eu beaucoup de succès et Owly Tribe que l’on vous montrera demain soir lors de notre live), Repos Production (7 Wonders Armada, Concept Kids, …), Act’in Games (Globe Twister, Feelinks), Azao Games (Dragon Ranch, Ninjaaa’tak), Si-trouille Editions (Takatak) ainsi que les Editions du Hibou (Barabistouille). Le distributeur Geronimo représentait lui aussi la Belgique, tandis que côté international, Gigamic et Asmodee étaient évidemment de la partie avec pas mal de nouveautés.


Associations


En bas, plusieurs associations proposaient des animations :
L’asbl Ludo vous proposait de tester 3 jeux afin de voter pour le jeu à qui reviendra le Label Ludo 2018. Celui-ci récompense un jeu destiné à un public familial. Les trois finalistes sont Dream Home, Azul et Roi et Compagnie. Ces 3 jeux ont été sélectionnés grâce aux votes des participants du Ludoweekend. On vous reparlera sans doute de cet événement à l’approche de l’édition 2019 qui devrait avoir lieu les 17,18 et 19 mai. (Et au passage, un grand merci à Charlotte, Laetitia et Laure, les animatrices du Label Ludo, pour m’avoir conduit au festival et surtout ramené à Bruxelles à la fin !)

L’académie citoyenne BAO-jeunesse proposait des jeux issus de sa ludothèque collaborative. J’ai vite été attiré par ce qu’ils proposaient car je ne connaissais aucun de leurs jeux ! La plupart de ceux qu’ils proposaient provenait d’un éditeur néerlandais : Sunny Games. Par ailleurs, outre leur ludothèque (assez complète d’ailleurs), cette association propose de nombreux ateliers et formations liés à l’éducation à la citoyenneté active, critique et solidaire en développant la coopération grâce au jeu. Leurs animations sont destinées, autant aux acteurs du monde de la jeunesse (enseignants, animateurs, …) qu’aux jeunes eux-mêmes. Et bien qu’ils soient basés à Thimister, ils se déplacent partout en Belgique !

La ludothèque du Stemberg – Ludoschtroumph

Le Dé de Pique proposait des initiation aux jeux de rôle ainsi que de la peinture sur figurine. Ce club se réunit tous les samedis pour jouer à toutes sortes de jeux (principalement à collectionner ou de figurines mais pas uniquement).

Autres


Plusieurs tournois étaient organisés tout au long de la journée, ainsi que des jeux pour de grands groupes (loup-garous, murder party…). Il était aussi possible de s’initier aux jeux de figurines Star Wars, de s’arrêter quelques instants sur les jeux en bois ou même de passer du temps avec les enfants dans l’espace qui leur était dédié, avec de nombreux jeux adaptés à tous les âges et plusieurs  animateurs disponibles.

Un fil rouge était aussi prévu afin de faire découvrir l’ensemble des espaces du festival. Un bon moyen de pousser le public à ne pas se cantonner à une seule salle. Le Pas Ludique asbl (qui organise le festival) proposait aussi de participer à une tombola afin de remporter un des nombreux lots (environ 140, un ticket sur 7 était gagnant).
Par ailleurs, de nombreux bénévoles animaient des jeux fournis par des partenaires ne pouvant être présents, avec là aussi d’excellents jeux.

Enfin comme dans tout festival qui se respecte, une boutique était de la partie. Il s’agissait de Fol’en jeux de Verviers qui en plus de ses activités de boutique classique, propose aussi des formations et des animations ludiques ainsi que des soirées jeux le dernier vendredi de chaque mois.


Ce que j’en ai pensé

J’ai passé une excellente journée, l’ambiance était très détendue avec beaucoup de choses à tester et découvrir (même lorsque l’on participe à beaucoup d’événements ludiques). L’organisation était impeccable, sans fausse note. Le public était au rendez-vous sans que l’espace ne soit surchargé, et il était presque toujours possible de trouver assez facilement une table. J’ai fortement apprécié la place laissée aux différentes associations et l’implication de celles-ci. Par ailleurs, le programme était particulièrement varié et représentait assez bien l’étendue du monde du jeu, avec des espaces bien pensés qui poussaient à s’y promener. Si je suis disponible l’an prochain, j’y retournerais assurément !

En attendant, vous  m’apercevrez sans doute au Jette Gaming Tour ainsi qu’au festival Jeux de Nim à Enghien.

A bientôt pour jouer ensemble,

Maxence

Liens :
Le site du festival
La page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le PNP, kezako ?

25 septembre 2018

Pas de soucisse

28 septembre 2018

%d blogueurs aiment cette page :