Reportages

Brussels Games Festival 2017

5èmeédition de ce festival Bruxellois. Et oui, on ne dirait pas au vu de la qualité de cette édition qu’ils n’en sont qu’à la 5ème…  Celle-ci se déroulait pour la seconde année au Cinquantenaire avec une adaptation du site. En effet, la salle du musée faisait place à un chapiteau placé en contre bas des arches du Cinquantenaire (et ça avait de la gueule, quand tu vois celle-ci au-dessus de ta tête au travers de la bâche transparente du chapiteau). Adaptation qui, selon nous, fonctionne mais a engendré une répartition sur le site où se situaient éditeurs plus lente. Cette répartition a du coup boosté les associations, protos et tournois ; pas pour nous déplaire car le matin était le moment idéal pour tester les jeux très demandés.


13 000 visiteurs selon la police, plus selon l’organisation, le succès de foule était au rendez-vous et vous allez rire mais, il y avait quand même un sentiment de moins de monde que l’année dernière. Il faut dire que plus d’acteurs étaient présents et donc plus de tables de jeux. Le festival, même en grandissant, reste accessible et aéré, on ne se bouscule pas (à part à la bourse aux jeux ^^) et on finit toujours pas trouver une table où jouer. Moins facile au OFF, mais en patientant gentiment au bar, on a quand même trouvé de quoi jouer et en prime, on a même trouvé des gens avec qui jouer rapidement (pour finir en La table ambiance de la soirée, on a beaucoup ri :p).


On a croisé beaucoup de monde, échangé avec de nombreuses personnes et on était pas les seuls à être satisfaits de cette édition. Le gratin de l’édition belge était présent, de nombreux acteurs étrangers, beaucoup de têtes de joueurs qu’on a l’habitude de croiser. Bref, c’était The Place To Game ce week-end à Bruxelles.

On a testé moins de jeux que l’année dernière. On a fait l’impasse sur les jeux qu’on avait déjà eu l’occasion de tester et dont on vous a parlé récemment, ou dont on va vous parler sous peu, ou encore qui sont en passe d’arriver au QG DJUF pour être passés en revue (par exemple Secrets et When I Dream de Repos Production, l’extension de l’Auberge Sanglante, Pixie Queen de Game Brewer). Quelques regrets de n’avoir pu tester Photosynthèse de Blue Orange ou encore Gran Austria Hotel. Nous ne mentionnerons pas positivement notre visite au stand de Iello pour essayer Bunny Kingdomn, en effet, pas de bol, l’animateur présent était plus ou moins seul (il n’y avait pas de monde à ce moment-là) et ne connaissait pas les règles. Il a tenté de nous expliquer ce qu’il connaissait du jeu en parcourant les règles mais… mauvaise idée ! Heureusement, il a abrégé son explication en voulant aller chercher quelqu’un qui le maîtrisait, sauf que, bah personne n’est venu… On s’est senti un peu « planté là », dommage ! »


Les jeux testés


Meeple Circus (Al) : Rapide et amusant, vous aurez 2 minutes afin de réaliser des figures sur votre piste de cirque, à l’aide de « ressources » que vous aurez au préalable choisi tout à tour. Pour vous aiguiller, vous aurez l’aide du public qui vous donnera des « objectifs » à remplir (du style, vous aurez 2 points si un de vos meeples porte un chameau, etc). De plus, tous vos meeples ne sont pas équivalents : le bleu aime rester au sol et porter des choses, le jaune aime être dans les airs et le rouge, lui, il aime être le plus haut possible. Ce jeu m’a beaucoup fait penser à Junk Art mais en plus fun et sur le thème du cirque. Qui plus est, la musique d’ambiance aide beaucoup à se projeter dans le jeu. Un excellent divertissement, mais pas pour les gens stressés ^_^.



# Queendomino(VaL) : Très attendu chez Blue Orange, on profite du début de journée pour l’essayer, on a bien fait, la table était busy busy pendant tout le festival ! Comme le disait bien l’animateur « C’est Kingdomino mais avec une femme, donc c’est plus compliqué »… On part sur la base de Kingdominoet y ajoute une nouvelle sorte de terrain : les villes en chantier, sur lesquelles vous aurez la possibilités de construire des bâtiments qui vous rapporteront des PV, des pièces (pour acheter des bâtiments), des tours (pour prendre possession de la reine) ou des chevaliers (pour acquérir des pièces). Ajoutez-y donc également une reine (qui vous fait faire des économies pendant la partie et vaut l’équivalent d’une couronne à placer en fin de partie) et un dragon (permet de défausser des bâtiments disponibles à l’achat) ! Comptez une bonne heure de jeu. A combiner avec Kingdomino pour faire des terrains de 7/7 à 4 joueurs, oh yeah !!! Une tuerie.


# DAR (VaL) : Jeu calculatoire et stratégique, comme tous les jeux d’Art of games. Chacun en possession d’un tas de petites pierres qui seront à disposer sur un plateau de 81 cases (9 carrés de 9 cases). Sur les côtés de la boîte (qui fait partie du plateau), des creux pour y poser 2 baguettes ; une fois posées, elles définissent 4 zones différentes. A votre tour, déplacez les baguettes à votre convenance, si vos pierres sont en majorités ou égales à celles des autres joueurs, posez alors une nouvelles pierre dans chaque zone où c’est le cas. Le but étant d’avoir la majorité de pierres de sa couleur dans un maximum des 9 carrés pour faire un max de points !


# Badass Force (Le stagiaire) : Ici, ça sent la poudre et la sueur. Sortez les muscles, sortez les flingues, ça va dégommer de l’adversaire. Ghislain Masson (Not Alone) nous propose le tournage d’une superproduction en Bulgarie avec les gloires des années 80. Jeu basé sur les pouvoirs de personnages cachés et de capacités d’armes bien visibles, elles. Bluff et fourberies sont au script. L’annonce « Je suis untel… » ferait penser à un Mascarade mais d’autres possibilités s’ouvrent encore à vous : vous avez une arme et vous allez vous en servir ! Cet univers est bien barré et richement servi par ses illustrations ! KS à venir : Ghislain nous a parlé de légendes, ça va pleuvoir de Badass ! 


# Feelings (Le stagiaire) : L‘éditeur belge Act in Games nous livre une jolie pépite. Venez partager vos émotions. Autour d’une situation du quotidien ou loufoque, que ressentez-vous ? Vous avez choisi l’une des 8 émotions présentées ? Bien. Maintenant, un partenaire de jeu aléatoire va deviner votre ressenti et faites de même pour lui. Après, il y a les points mais bon… Trois thématiques sont prévues : A l’école, En Famille, Entre Amis. Les émotions sont multiples et changent en cours de partie. Ah sinon, le jeu est beau ! Les illustrations des émotions sont des photos d’œuvres de l’artiste-peintre Frank Chalard. Citons vite les auteurs : Vincent Bidault et Jean-Louis Roubira, ce dernier étant l’auteur de Dixit. 



# Bubblee Pop Level Up (VaL) : Vous connaissez les Bubblee Pop de chez Bankiiiz ? Voici une petite extension pour renouveller un peu ce petit jeu à 2 bien sympa, Al en avait d’ailleurs fait un coup de cœur à (re)lire ici. 2 nouvelles familles de Bubblees apparaissent : les blancs et les orange, qui apportent de nouveaux pouvoirs. Les blancs : Permettent d’ajouter un Bubblee noir dans le jeu adverse, en partant d’en dessous. Les orange : Permettent de remettre dans le sac un Bubblee de votre adversaire, que ce soit depuis son monde ou sa zone de score. 7 familles sont désormais disponibles, choisissez-en 5, et c’est parti ! Si vous aimiez Bubblee Pop, Bubblee Pop Level Up finira rapidement dans votre ludothèque 😉


# Pockets Ops (Cowmic) : La première localisation sur le marché francophone d’un éditeur américain pour l’équipe de Geek Attitude Games. Le jeu sortira à Essen, on vous en reparlera dès qu’il sera dispo. C’est un morpion avec des espions dont certains sont des spécialistes qui ont des pouvoirs, un jeu pour 2 joueurs. Une grille de 3 sur 3 au centre de la table, chaque case est une pièce. Le premier joueur désigne la case secrètement via une carte où il pense que l’autre joueur va poser son espion. Si il le pose là, le pion est éliminé. Si pas, le pion reste. Si c’est un spécialise, le pouvoir de celui-ci est en plus appliqué. La victoire revient à celui qui remporte 2 manches en faisant une ligne de 3 de ses pions. Quand on a le pitch et les règles, on se dit mouais… quand on finit la partie, c’est plutôt un gros OUAIS !!! Bref, une belle découverte, on vous en reparle vite (dès qu’on aura une boîte sous la main ;)).


# Trône de Fer : la main du Roi (Le stagiaire) : Monsieur Cathala nous propose un jeu simple mais efficace de moins de 30min. Si vous êtes fan des livres et/ou de la série, le jeu vous remémore l’univers de Game of Thrones. Evitons de trop spoiler nos adversaires et profitons du jeu : un carré 6×6 de personnages emblématiques de 7 Grandes Maisons. Vous y déplacez à tout de rôle Varys « l’araignée » horizontalement ou verticalement pour récupérer les membres d’une même famille sur lesquels vous êtes passés. Nouvelle majorité ou égalité de membres, vous récupérez le blason de la famille. S’ajoute encore des compagnons à pouvoir (bonus pour le recrutement d’un dernier membre de famille) histoire de pimenter la partie en coups retords. Dès que Varys ne peut plus bouger : fin de partie et comptage des Blasons pour connaître la nouvelle Main du Roi ! 


# Apocalypse au zoo de Carson City (Cowmic) : Vous allez dire que j’abuse avec les Jeux Opla mais je n’y peux rien si ils sont super bons !!! Et de nouveau mon coup de cœur du festival. Ça sort le 30 septembre, et évidement cette sortie sera accompagnée d’un article. Un petit jeu (format de poche) bien efficace. Facile d’accès, jeu de positionnement et de déplacement mêlant tactique, anticipation et dissuasion. Le but est de libérer les animaux du zoo, de dézinguer des mutants et les couillons des autres équipes, mais surtout de survivre. Je ne vous en dis pas plus pour l’instant si ce n’est que c’est méga cool. En prime, les illustrations sont CANONS, et oui, on est dans la spin-off de la série de BD Apocalypse à Carson City.



# Toutilix(Cowmic) : Une belle surprise… Nous avons rencontré Christine Larquetout lors de la soirée presse et décidé de lui rendre visite samedi. On se laisse tenter par une partie, on rit, on s’amuse et on adore. Toutilix, ce n’est pas 1 jeu mais 35 jeux dans une boîte. Le matériel permet de jouer à 14 adaptations de jeux historiques (7 Familles, Bataille Corse, …) et 21 jeux originaux. On joue avec les lettres, les mots et les phrases. De 1 à 8 joueurs, de 10 à 60 minutes. On en a testé 2 originaux et on a beaucoup ri (Spiralix et Frazrigolix). Le soir au OFF, on a sorti une boîte, les parties se sont enchaînées et l’ambiance est montée d’un cran. Pour vous donner le ton, dans Spyralix, vous devrez trouver un mot qui commence par la carte précédemment posée et contenant la lettre que vous venez de poser (dans la continuité de la spirale). Si un des autres joueurs trouve avant vous, il commence à décompter à voix haute de 10 à 0 et si vous ne trouvez pas, il annonce son mot et vous récupérez toutes les cartes jouées. Le but étant de se débarrasser de celles qu’on a en premier. Ça vous donne une idée. Je ne suis pourtant pas fan des jeux de mots ou de lettres mais si il ne devait y en avoir qu’un, ça serait celui-là. 



# Fuji Flush(Le stagiaire) : Il est tard, c’est le Off. Nous sommes bruyants, nous sommes joyeux, nous sommes repérés : un petit Fuji flush nous est posé sur la table. Jeu de défausse de cartes : à son tour, chacun pose l’une de ses cartes (valeur de 2 à 20). Toutes les cartes de valeur inférieure sont défaussées mais les joueurs concernés récupèrent une nouvelle carte. Seule exception : poser une carte d’une valeur identique à l’une de celles déjà posées et vous emballez ! Emballer, c’est additionner la valeur. Emballez un 12 avec un autre et l’unique 20 se verra éliminé. Lorsqu’enfin, vous voyez votre tour revenir et que votre carte a survécu, elle est défaussée mais enfin, vous n’en récupérez plus. A votre dernière, vous gagnez. Jeu apéro par excellence, nous avons apprécié ! 



# Canyon Cup (Cowmic) : On vous en avait déjà parlé lors de Festival Enjeux, c’est le proto qui avait remporté la protozone. On a testé la dernière version durant le OFF et franchement, ça vaut toujours le détour, et même plus. Il s’agit donc d’une course de voitures dans un canyon. A la différence des jeux de courses classiques, ici le but n’est pas de finir premier mais d’être le plus populaire à la fin de celle-ci. Et comment on devient populaire ? En dépassant les autres, en défonçant les voitures des autres, en leur tirant dessus,… bref, bien délirant. Je vous conseille de le tester si vous en avez l’occasion. On espère que les frangins derrière le projet trouveront prochainement un éditeur.



# Dragon Ranch (Cowmic) : Le prochain jeu de chez Azao. Pas encore de date de sortie annoncée mais on espère vite car on a été très agréablement surpris. Le principe de base : élever des Dragons. On récupère des œufs, on les fait éclore, on les nourrit, on les fait évoluer, ils se reproduisent. Et comment on fait tout ça ? Et bien en jouant des cartes qu’il faut combiner. Plusieurs actions possibles : 3 phases par saison, 2 saisons. Evidemment, c’est du belge donc vous aurez un article dès que ça sortira. Je ne la fait donc pas plus longue mais tenez ça à l’œil, ça va être top. En prime, Azao sort un peu de son format habituel et ça le fait. J’ai enfin pu rencontrer Nicolas Smeers, et il est super.




# SteamRollers(Al) : Un jeu de trains avec des dés. Petit frère assumé de Steam (Martin Wallace), ce jeu pur belge nous demande de développer son réseau ferroviaire afin d’ensuite effectuer diverses livraisons de marchandises qui nous donneront forcément des points de victoire. Très très efficace, prise en main simple et rapide, nous avons tous passé un bon moment. On ne s’étend pas plus dessus car nous allons lui consacrer un article complet comme il le mérite. Rappelons simplement que le jeu est actuellement sur Kickstarter et que Cowmic n’a pas attendu la fin de partie pour pledger ^_^.



# Save The President, Save The World (Cowmic) : Ca fait 1 an et demi que je n’avais pas eu l’occasion de tester ce futur Kickstater de Geek Attitude Games. Il a bien évolué, les premières illustrations de la version finale sont parfaitement dans le thème. On attend qu’une chose, qu’il soit enfin lancé. Le but est tout simplement de sauver le président des USA car la Maison Blanche est attaquée par des monstres dont 2 Kaïjus. Vous devez réaliser 2 missions loufoques pour les éliminer, repousser les petits monstres et ramener le président sur le toit pour qu’il soit évacué. C’est un coopératif qui se joue en cinq tours ou chaque personne devra réaliser des actions. L’équipe joue en même temps donc il faudra bien répartir les actions pour arriver à réaliser ce qui vous est demandé. C’est décalé et j’adore ça. Vraiment un jeu original et qui devrait bien faire parler de lui sur Kickstarter.


# Otys(Al) : Attention, alerte au « Coup de Cœur ». Mon dieu, quel jeu. Vous êtes en charge d’une équipe de plongeurs qui doivent suppléer au besoin de la colonie. Grâce à la bonne gestion de la fatigue de vos plongeurs et de leurs batteries, vous devrez être le plus rapide à avoir accompli un maximum de tâches. Nous sommes bien dans une course et comme dans toutes courses de ce genre, tout se joue dans un mouchoir de poche et donc l’optimisation est de rigueur. On est dans du gros jeu qui fait réfléchir… normal, Pearl Games est passé par là, et les graphismes sont léchés… normal, Libellud n’est pas loin non plus. Pour son premier jeu, Claude Lucchini fait fort et à nouveau, on vous prépare un bel article pour décortiquer tout ça avant sa sortie prévue pour Essen 2017.



# Zephyx(Al) : Petit prototype proposé par Act In Games. Notre but est de recomposer un puzzle de 9 pièces représentant une fresque à l’aide de nos tuiles actions. Nous allons programmer une séquence d’action sur les pièces du puzzle grâce à ces tuiles mais attention une tuile action n’agira que sur une pièce du puzzle, impossible de réaliser le puzzle en une seule fois. Evidemment, tout cela serait beaucoup moins amusant sans sablier. Le premier a avoir établi une séquence retourne le sablier et laissera donc 1 min aux autres joueurs pour terminer la leur. Ensuite, simultanément, on réalise les séquences d’actions et on recommence le tout jusqu’à ce que quelqu’un ait terminé le puzzle. Très perturbant au départ, le jeu se révèle limpide et le plaisir est immédiat. J’ai vraiment hâte de suivre l’évolution de ce projet.



# Outside(Le stagiaire) : DJUF l’avait suivi à l’édition précédente du BGF mais un petit rappel est une bonne chose : l’association DoucheFLUX est à la base de ce jeu qui a continué d’évoluer depuis l’année dernière. Le jeu nous fait vivre la vie dans la rue : tenter de sortir de la précarité ? Parcourez la ville, trouvez un travail, un logement… Le jeu est contraignant, mais nous immerge rapidement dans cette dure réalité. Les événements des cartes proviennent d’anecdotes vécues par des Sans-Abris. Le but de sensibiliser à cette problématique est atteint mais Outside n’est que l’une des actions de DoucheFLUX : pour plus d’infos, voici leur site www.doucheflux.be


Les Top 3


# VaL : 3) SteamRollers; 2) Feelings ; 1) Queen Domino

# Al : 3) Zephyx ; 2) SteamRollers ; 1) Otys

# Cowmic : 3) Dragon Ranch ; 2) Queen Domino; 1) Apocalypse au Zoo de Carson City

# Le stagiaire : 3) Otys ; 2) Meeple Circus ; 1) Feelings



Les points positifs 


# Le lieu : Oui, j’en parle encore mais il est vraiment bien exploité. Le fait d’avoir perdu le musée « en dur » a été bénéfique car au final, ils ont gagné de l’espace avec le chapiteau. De plus, c’est l’un des rares festivals où il est encore aisé de circuler dans les allées…ombragées qui plus est. Qu’on y est bien (je sais, on l’a déjà dit).


# La bourse aux jeux : Plus d’espace que les années précédentes, cela facilite donc la circulation. L’année passée, il faisait juste irrespirable tant il y avait de monde et que l’espace était « réduit ». De plus, elle a été plus que super giga dévalisée, Cowmic a vendu les 8 jeux qu’il avait mis en dépôt vente.

# Les foods trucks : Le petit soucis de l’année passée a été balayé d’un revers de la main et nous voici avec un choix assez sympathique de bonnes choses à manger. Mais je pense tjs que les vegan et autres sont lésés mais bon, je chipote. Les frites étaient délicieuses et ça, faut bien le dire, ça fait plaisir. Les tarifs en prime était correctes pour ce genre de manifestation.


# Le off : Bel espace pour un beau succès : que de monde, que de jeux !



Les points négatifs


# La bourse aux jeux : Décourageante… c’est limite la guerre (en témoigne la giga queue à l’ouverture immortalisée sur notre Instagram). On n’a finalement rien acheté :’(


# Les jetons boissons : 1,5 € le jeton, 1€ quand on prend minimum 10 , 1€ le ticket du verre à prendre à part. Je ne suis pas au fait de toutes les considérations économiques qu’il y a à avoir mais je préférais un système un prix fixe pour des jetons incluant tout : boissons, gobelets, voir même inclure la nourriture avec les food-trucks partenaires.

# La fermeture, l
e Off et sa nourriture : Comme l’année dernière, la police n’était pas très coulante sur l’heure de fermeture du site, à 18h, les parties étaient arrêtées. L’organisation n’y peut rien, c’est juste dommage cette attitude policière non flexible. Du coup, les food-trucks ne pouvaient pas rester au-delà de 18h. Une petite solution pour nos estomacs de joueurs acharnés ?

Les critiques


On a lu quelques critiques exprimées sur le net, on voulait donc en parler.

# Les toilettes : Amélioration significative par rapport à l’année passée. Mais pas mal de gens trouvaient que c’était scandaleux de les faire payantes. Personnellement, je ne trouve pas ça choquant quand tu vas à une manifestation gratuite de devoir payer pour ça. Ensuite, le fait que ça soit des toilettes sèches semble déranger pas mal de monde, personnellement encore une fois, je trouve qu’une cathy Cabine n’est pas mieux. Au moins ici, l’option écologique est choisie. Par contre, je me joins à l’avis qu’un point d’eau à la sortie des toilettes serait appréciable.

# Les boissons : Le bar a été critiqué sur la fraîcheur des boissons par moment. Au vu du succès de foule et des conditions météorologiques exceptionnellement bonnes, il est difficile de gérer un bar. Et je trouve que globalement ça allait . Je n’ai pas eu une boisson pas fraîche du weekend. Le service était cool. En fin de dimanche, effectivement, il y avait une rupture de stock sur presque tout. Encore une fois, difficile de prévoir et en prime, les personnes au bar étaient agréables même dans cette situation (et on sait que c’est dur d’affronter ce genre de moment). Peut-être prévoir un stock plus large et placer ceux-ci dans une chambre froide pourrait améliorer les choses mais si il pleut, investissement perdu.



Les anecdotes


# L’apéro chez les Jeux Opla : On a pu terminer la journée de samedi par un apéro chez les jeux Opla, bien sympathique et quelle belle ambiance.


# Le boxer chez FIKA : En revenant de cet apéro, Cowmic est passé montrer son boxer au stand FIKA… on ne sait plus trop bien pourquoi mais c’était drôle.

# Le dooble géant et ses tricheurs : Il y a eu une tentative de record du monde de Dooble qui a eu son petit succès. Mais malheureusement, des tricheurs se sont glissés dans la compétition. Heureusement, ils n’ont pas gagnés. Les responsables de l’épreuve étaient furax, chez les joueurs, on n’aime pas les tricheurs !!!

# X V : Devoir trouver un mot commençant par X et contenant V à Toutilix (Spyralix) quand on s’appelle XaVier, c’est compliqué.

La conclusion


Au final, que retenir de ce BGF 2017 ?
1)      Que c’est un festival qui continue de grandir avec plus de jeux et plus d’éditeurs que l’année dernière. A quand le BGF sur 3 jours ?
2)      Que le parc du Cinquantenaire fait l’unanimité aussi bien auprès des visiteurs qu’auprès des éditeurs qui ont d’ailleurs tous donné leur aval pour remettre ça l’année prochaine.
3)      Que l’organisation gagne en expérience, et même si les gens trouvent encore des choses à redire (on arrive tout doucement à du chipotage), franchement, on ne peut que leur dire « bravo » car gérer une logistique entre plus d’une centaine d’intervenants, c’est pas rien.
4)      Un OFF complètement blindé, ce qui prouve que la demande est là… les gens veulent jouer toute la nuit… les fous ^_^
5)      Que le soleil semble préférer le parc du Cinquantenaire plutôt que la rue de l’Enseignement (ancien site du festival).
6)      Que l’équipe DJUF était fort fatigué et bien contente d’avoir trouvé un stagiaire ;o)
7)      Que ce festival, ça nous permet aussi de revoir tous ceux qu’on apprécie… on va pas tous les citer sinon on est foutu.
8)      Que le prix du plus beau stand est attribué aux éditions Fika (je sais, on l’a déjà dit mais ils sont en prime adorables).

Sur ce, le BGF 2017, c’est fini mais vous inquiétez pas, d’autres choses arrivent bientôt une fois ^_^

L’équie DJUF

PS : Notre stagiaire n’est autre que Xavier Kusters… on va devoir vous le présenter officiellement prochainement 🙂

PPS : Au cas où vous n’auriez pas encore vu notre Facebook live fait en fin de festival… Sachez qu’on tient à féliciter encore une fois remercier tous les bénévoles sans qui il est impossible de mettre en place une telle manifestation !

Média : Soon

Commentaires

31 août 2017 à 5 h 34 min

« C’est Kingdomino mais avec une femme, donc c’est plus compliqué »…

J'adore 🙂



lou
31 août 2017 à 16 h 10 min

chouette article. Val tu n'as pas essayé de "piquer " le collier de la dame sur la 3 ème photo en partant du bas. Il est top 😉



1 septembre 2017 à 6 h 50 min

Article aux petits oignons, qui reflète bien l'ambiance de cette excellente édition du BGF. En prime, bons moments passés ensemble autour des tables de jeux.
A+ une fois!
Eric



4 septembre 2017 à 4 h 07 min

Hé, hé ! On me le dit souvent ! 😉



4 septembre 2017 à 4 h 09 min

Chouette article en effet, grand merci pour le topo Toutilix ! Et ravie de cette rencontre ! 🙂



Zill
9 septembre 2017 à 8 h 34 min

Très beau reportage cela me fait regretter encore plus de ne pas avoir pu etre présent au brussel games festival. Par contre le jeu ZEPHIX est déjà commercialisé et édité par Domojeux.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :