Jeux belges

Ekö

Le premier jeu belge de l’année que nous vous présentons, c’est Ekö.
Jeu belge de par son éditeur Sit Down!, découvert grâce à Cesare d’Atalia, son distributeur français qui vient souvent en Belgique nous faire découvrir toutes sortes de jeux, pour cause vu qu’ils distribuent également en Belgique.

La petite histoire…
Cette histoire prend place dans les temps obscurs que content les légendes. Il vécut un puissant Empereur, le respecté Ekö, qui régnait sur un vaste royaume prospère, empli de magie et de cités grandioses. Les Dieux honorèrent l’Empereur en lui donnant quatre enfants qui gouvernèrent ses provinces. Puis vint le temps où, après une riche existence longue de plusieurs vies d’homme, Ekö mourut. Ses enfants, qui pensaient chacun être le seul héritier, se montrèrent avides. Chacun ordonna à son clan de prendre les armes contre ses propres frères, et le pays sombra dans une guerre tragique et sanglante, dont nul ne put se relever. Les terres, autrefois fertiles, furent ravagées par le feu des combats. L’Empereur Ekö, dont l’esprit millénaire vivait encore au-delà de la mort, lança sur ses enfants une terrible malédiction: il enferma leurs âmes dans le désert de ruines qu’était devenu son empire, et les condamna à se livrer bataille, encore et encore, sans qu’ils puissent jamais trouver le repos.
Siècle après siècle, les quatre descendants poursuivent leurs combats au sein de la geôle qu’est devenu le désert d’Ekö. Sans peuple à gouverner, ils animent les roches, le sable et le vent, afin que ceux-ci portent les bannières de leurs armées disparues, rebâtissent un empire défunt, et revivent les batailles qu’ils ont déjà perdues. Vous êtes un de ces quatre généraux maudits. Un seul d’entre vous, à la fin de cette histoire, deviendra l’unique Empereur du désert d’Ekö… avant que tout ne recommence à nouveau, sans fin, jamais.
Plus concrètement…
Plateau à 4 joueurs

Ekö se joue de 2 à 4 joueurs, le plateau de jeu est modulable et sera différent selon de nombre de joueurs.

À 2 joueurs : 7 tuiles qui formeront un rond. À 3 joueurs 10 tuiles qui formeront un triangle.
À 4 joueurs 13 tuiles qui seront disposées de façon à forme un flocon de neige.
Elles seront placées de façon aléatoire à la seule condition que toutes les cases de déplacement (les cases sans dessin) soient connectées d’une tuile à l’autre.
PS : Il existe aussi les cases « gouffre », infranchissables. Les autres cases qui comprennent un dessin, ce sont les cases de construction (petite image illustrative plus bas).
Tous les pions (autant de couleurs que de joueurs) sont mélangés et placés au hasard sur les cases de déplacement. Aucune de ces cases ne doit rester vide, si c’est le cas c’est que vous avez oublié de poser un pion.
Les pions sont tous pareils, sauf 1 au motif différent dans chaque couleur : ce sont les Empereurs.
Voilà, le plateau principal est en place, il ne reste plus qu’à choisir au hasard une couleur pour chaque joueur. Dès le choix fait, chacun peut s’il le veut déplacer son Empereur avec un autre pion de sa couleur. Vous comprendrez l’intérêt de ce déplacement après avoir joué 1 ou 2 parties 😉
Chacun possède un petit plateau de jeu personnel où seront disposés ses bâtiments :
– 5 campements (la pose d’un campement rapporte 1PV)
– 3 tours (la pose d’une tour rapporte 2PV)
– 1 château (3PV)
Vous pourrez construire vos bâtiments sur les terrains de construction en respectant les sortes. Voici un petit schéma en image que vous retrouverez également sur votre plateau personnel.

Récapitulatif des coûts de construction, des PV que cela
rapporte et des terrains de construction

Sous vos bâtiments sont indiqués des points de victoire. Les PV se découvrent donc au fur et à mesure que vous les placerez. Votre plateau comporte une case pour stocker vos pions utilisés et ceux que vous récupérerez suite à l’attaque d’un adversaire. Et enfin, la case « prison » pour les Empereurs des autres joueurs. En effet, si vous réussissez à chopper un ou plusieurs Empereurs, chacun vous rapportera 3 PV. Je vous explique ça plus bas !

Le tour d’un joueur se déroule en plusieurs phases.
La première est la phase d’action, vous en effectuerez une parmi les possibilités suivantes…
Les déplacements :
– Se déplacer / Vous ne pouvez pas passer sur les gouffres et les terrains de construction, uniquement
sur les cases de déplacement vides.
– Se déplacer pour s’empiler / Les tours de pions peuvent en comporter 4 maximum, si elle contient votre Empereur, celui-ci doit être visible au sommet de la pile.
– Se déplacer pour attaquer une pile plus petite (plus petite oui, à l’exception du kamikaze et de l’Empereur que je vous explique un peu plus loin). Le joueur récupère alors ses pions et les place dans sa réserve sur son plateau perso.
Les constructions :
– Construire sur un terrain vierge.

Plateau à 3 joueurs

– Améliorer un de ses bâtiments / Notez bien que pour construire une tour, vous devrez d’abord avoir construit un campement. Idem pour le château ; vous devrez d’abord avoir construit un campement, puis une tour pour ensuite construire votre château. C’est aussi repris sur l’image illustrative plus haut.
– Remplacer un bâtiment adverse (même principe que pour une construction personnelle, sauf que cela vous coûte 1 pion de plus et que vous pourrez construire le même bâtiment ou un bâtiment supérieur).

Et alors, comment cela se passe pour construire ?
Votre pion doit se trouver à côté d’une case terrain de construction. Par exemple, pour construire une tour, vous devrez utiliser 2 pions (tout cela figure sur l’aide de jeu sur votre plateau perso. Ah qu’il est bien fait ce plateau !). Une pile de 2 pions (ou plus) se trouve à côté d’une case terrain de construction « canyon » où vous avez déjà construit précédemment un campement. Vous placez ces 2 pions dans votre réserve sur votre plateau perso et placez votre tour sur le canyon. Vous récupérez alors votre campement et le replacez sur votre plateau perso.
Mais que fais-je de mes 2 pions utilisés ? Me direz-vous. Ça, c’est la seconde phase, la phase de renforts.
Facultatif (mais souvent très utile), la marche forcée…
Vous avez la possibilité de défausser 3 pions de votre plateau personnel pour effectuer une action supplémentaire, ils disparaissent donc de la partie. Cette action sera effectuée avant la phase de renforts.
La phase de renforts…
Vous devez réintroduire en jeu un pion minimum (en priorité l’Empereur si vous avez récupéré celui-ci). Il doit être réintroduit obligatoirement sur une case qui possède déjà un de vos pions. Si vous en réintroduisez plusieurs, ça doit être sur la même pile. La dernière condition à respecter est que vous me pouvez pas vous renforcer sur une case adjacente à une case où un bâtiment adverse a été construit.

Important…
Le kamikaze : Vous pouvez attaquer une pile de 4 pions avec un pion seul. Comme l’indique son nom, votre pion sera alors défaussé. L’autre joueur récupère lui les siens dans sa réserve.
L’Empereur : Dans l’ensemble, il suit les mêmes règles que les pions normaux sauf que :
– Une pile qui contient un Empereur peut attaquer une pile de même taille, même si cette pile contient également un Empereur. En somme, l’attaquant l’emporte. Si vous attaquez la pile d’un joueur qui contient son Empereur, il récupérera ses pions comme à l’habitude, sauf son Empereur. Celui-ci sera « emprisonné » dans la case prévue à cet effet sur votre plateau. Tant qu’il y est, il vous rapporte 3PV. Le seul moyen pour l’autre joueur de le récupérer est de l’échanger contre un autre Empereur que l’on a capturé. En gros, s’il arrive à chopper le vôtre, alors chacun récupère le sien et le place dans sa réserve.

Fin de partie…
Obtenir 12 PV grâce à ses constructions (et les Empereurs prisonniers) et posséder une capitale, ou éradiquer tous les disques adverses fera de vous le gagnant.

Des tuiles supplémentaires permettent une variante du jeu que nous n’avons encore testée, nous vous laissons la découvrir J



Notre avis ?
Nous avons adoré y jouer, tout simplement une fois. Comme dans la plupart des jeux, avoir fait quelques parties vous aidera à comprendre tous les mécanismes et surtout les choses à faire ou à ne pas faire.
Lors de ma 2ème partie, j’avais zappé l’action du kamikaze, une possibilité de jeu à ne surtout pas oublier, ça peut vous coûter cher !
Vous devrez être calculateur et observateur. Les règles sont relativement simples, pas bien compliquées à expliquer, mais surtout très bien écrites et joliment illustrées. Des règles simples qui n’empêche qu’Ekö fera travailler vos cellules grises, et pas qu’un peu.
Que dire du design si ce n’est qu’il est plus que réussi, le matériel de jeu de qualité, les mécanismes très bien pensés. Son point négatif serait la couleur des pions qui est très semblable pour les blancs et les bois clairs. Mais voilà, perso, je m’y suis faite après quelques parties. Ekö est un jeu qui tourne déjà chez Des Jeux Une Fois, je pense qu’il sera dans la liste des incontournables. A tester en famille, entre amis ou entre gameurs de toute urgence si ce n’est déjà fait.
Fiche technique :

Site : Ici
Age : 8+
Joueurs : de 2 à 4
Prix : +/- 40€
Temps de jeu : +/- 45 minutes
Auteur : Henri Kermarrec
Editeur : Sit Down!
Distributeur : Atalia
Illustrations : Lucy Mazel

La vidéorègle : Ici

VaL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Flash News : YouPlay 2016

23 février 2016

%d blogueurs aiment cette page :