Coups de Cœur

Queendomino

Il y a un an de ça, Al vous parlait de Kingdomino dans un coup de cœur.
Aujourd’hui, je vais vous parler de sa petite dame : Queendomino !

Notre cher Bruno Cathala a remis ça en beauté, en complexifiant la chose.
Comme le disait, avec humour, l’animateur de Blue Orange lorsqu’il nous a expliqué celui-ci :

« Queendomino, 
c’est Kingdomino avec une femme, 

c’est plus compliqué ».

Comment, vous ne connaissez pas Kingdomino, est-ce possible ?!

Voici un petit récapitulatif rapide :

Kingdomino est un jeu de pose de tuiles, chacune comprenant 2 terrains différents ou identiques (champ, plaine, forêt, marrais, mine, mer). Les tuiles dont vous ferez acquisition doivent être posées sur le principe des dominos, sauf qu’elles doivent être connectées à au moins un terrain de la même sorte. Ainsi, vous étendrez votre domaine jusqu’à un carré de 5 cases sur 5 maximum (ou 7 sur 7 à 2 joueurs, si vous le désirez).

Votre domaine débute depuis votre château, la tuile sur laquelle il est posé considérée comme un joker, vous démarrez de là…
Les détails clairs des  règles de Kingdomino se trouvent dans l’article de Al (ICI).

Quelle est la différence avec Queendomino ?

Le plateau des bâtiments indique leur coût

Forcément, une reine fera son apparition, mais pas que. Il y aura aussi de l’argent, un dragon, des chevaliers, des tours, et enfin une nouvelle couleur de terrain qui accueillera des bâtiments.

Ça a l’air de faire beaucoup, mais ce n’est pas bien compliqué. Explication !

Avant tout, voici l’ordre dans lequel vous effectuerez les actions :
1/ Récupérez votre domino et posez-le sur votre domaine
2/ Envoyer 1 ou 2 chevaliers percevoir l’impôt (facultatif)
3/ Construire un bâtiment (facultatif)
4/ Déplacez le dragon (facultatif)
5/ Et enfin, choisir un nouveau domino et y poser son pion.

– L’argent : Vous commencez la partie avec 7 pièces. Celles-ci vous serviront à acheter des bâtiments qui trouveront place sur vos tuiles « chantier » (la nouvelle couleur qui apparait). En fin de partie, 3 pièces valent 1 PV.

– Les bâtiments : 6 bâtiments seront visibles et disponibles à chaque tour, posés sur le plateau prévu à cet effet, le coût sera indiqué pour chaque emplacement : de 0 à 5 pièces.
Chaque joueur peut acheter un seul bâtiment par tour, à condition d’avoir de la place pour le poser sur son domaine. En fin de manche, on décale les tuiles restantes sur le plateau vers la droite et on remplit les emplacements vides depuis la pioche.
Les bâtiments peuvent rapporter immédiatement : des chevaliers, de l’argent, des tours. En fin de partie : des PV bruts, des PV selon le nombre de tours que vous avez en jeu, des PV selon le nombre de chevaliers en jeu et dans votre réserve. Mais aussi, des couronnes, et mon préféré : 2PV pour chaque zone de terrains différente indiquée par la couleur qu’affiche la tuile bâtiment (nous, on appelle ça des sparadraps ^^).

Le dragon et les différentes sortes de bâtiments

– Le dragon : Une fois par tour, vous aurez l’occasion de payer 1 argent pour le déplacer sur une tuile bâtiment, en faisant cette action, la tuile sera défaussée du jeu. Action possible seulement si le dragon est dans sa grotte (un joueur peut faire l’action sur un tour donc), et si vous n’êtes pas en possession de la reine.

– Les chevaliers : Vous commencerez la partie avec 1 chevalier. Vous pourrez en acquérir d’autres
grâce aux bâtiments. A chaque tour, vous pourrez placer 1 ou 2 chevaliers sur les différentes cases de la tuile que vous posez. Ainsi, vous prélevez l’impôt, vous gagnez alors immédiatement autant de pièces que le nombre de cases du domaine dans lequel a été placé le(s) chevalier(s).

Ce chevalier rapporte 4 pièces

– Les tours : Lorsque vous posez une tuile bâtiment qui rapporte une (ou plusieurs) tours, posez celles-ci sur la tuile sur votre domaine. Celui qui a le plus de tours prend possession de la reine. Si vous faites acquisition d’une ou plusieurs tours qui fait que vous en avez autant ou plus que celui qui possède la reine, vous en prenez possession.

En voilà un qui a joué sur les bâtiments !
Et les tours… La reine règne dans son royaume

– La reine : Lorsqu’elle est en votre possession, payez 1 pièce de moins pour les bâtiments dont vous faites acquisition. En fin de partie, posez-là sur la tuile de votre choix, elle vaut alors une couronne.

169 points !

Notre avis ?

Queendomino se joue également sur un carré de 5/5 à 3 et 4 joueurs. Il est aussi, comme dans son « petit frère », possible d’y jouer en 7/7 à 2 joueurs.
En combinant les tuiles Kingdomino et Queendomino, il est désormais possible de jouer en 7/7 à 3 et 4 joueurs ! Mais aussi d’y jouer à 6 joueurs en 5/4. Et là, je dis FÊTE !!!
Queendomino ne détrône absolument pas son « petit frère », la base reste la même, mais le jeu est plus complexe et différent.

L’un reste familial (tout en plaisant aux gamers la plupart du temps), l’autre vise plutôt les gamers grâce à plus de profondeur. Il nous arrive de faire jouer des personnes pas fans de JDS, ou qui n’ont pas envie de trop réfléchir en fin de soirée ; on sort alors Kingdomino, et une fois maîtrisé, il est super simple de sortir la Queen.
Elle amène plus encore à la réflexion, donne plus de possibilités aux joueurs. Ne vous basez par contre par sur la durée indiquée sur la boîte (25min), on peut facilement y ajouter 15-20min de temps de jeu, voire plus selon avec qui vous y jouez, évidemment. Les raisons pour lesquelles Kingdomino était un coup de cœur se retrouvent ici ; design superbe, qualité éditoriale, temps de jeu, mécanique originale, prix correct, … Le point négatif qu’on a pu trouver à l’époque était qu’il manquait un carnet de score, voilà qui est résolu désormais ! Ah, ce Bruno, une machine à jeux à succès. Bien mérité une fois.

VaL

Fiche technique :
Auteurs : Bruno Cathala
Illustrateur : Cyril Bouquet
Editeur : Blue Orange
Distributeur : Geronimo
Joueurs : 2 à 4
Age : 8+
Durée : 25min (ou plutôt 40min)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Not Alone : Exploration

10 novembre 2017

%d blogueurs aiment cette page :