Coups de Cœur

Kingdomino

A l’heure de l’apéro, c’est Kingdomino !

J’ai l’habitude de craquer sur les “gros” jeux, ceux qui font fondre les neurones mais là, aujourd’hui,
je vais vous parler d’un petit jeu bien familial, à savoir Kingdomino.
Sorti pour Essen 2016, ce jeu ne fait pourtant pas partie de mon Top 3 de l’événement, pour la bonne et simple raison que je l’avais déjà pratiqué quelque temps auparavant lors du « Jette’s Gaming Tour » et que donc, pour ma part, ce n’était plus une découverte mais il n’en reste pas moins que je suis tombé sous le charme.

Dans Kingdomino, vous incarnez le seigneur d’un domaine, mais pour le moment, ce domaine est bien triste et il n’y a que votre château au centre de votre aire de jeu.
Tour à tour, vous allez acquérir des tuiles « dominos » que vous allez placer pour agrandir votre domaine et marquer un certain nombre de points de victoire.
Le gagnant étant celui qui aura le plus de points de victoire à la fin de la partie, évidemment.

Mouais…. dis-nous en plus ?

Les règles sont très simples : vous éliminez tout d’abord un certain nombre de dominos suivant le nombre de joueurs.

Mise en place pour 2 joueurs

Puis, vous placez au centre de la table autant de tuiles que de joueurs (sauf à 2 joueurs où on place tout de même 4 tuiles). Ces tuiles sont numérotées, on va donc les organiser de la plus faible valeur à la plus forte, et on les révèle.
Ensuite, on détermine aléatoirement un premier joueur qui posera son seigneur sur la tuile de son choix, puis on tire au hasard, un second joueur, etc.

Choix de la première tuile

Maintenant que tout le monde a choisi sa tuile, on révèle une série de tuiles de la même manière que lors de la mise en place. Mais cette fois-ci, le premier joueur sera celui qui aura pris la tuile de la plus faible valeur lors du tour précédent.
Notons qu’à 2 joueurs, nous possédons 2 seigneurs au lieu de 1, nous allons donc poser 2 seigneurs à chaque tour.

C’est au joueur jaune de commencer

A ce moment, ce joueur enlèvera son seigneur de la tuile, choisira une tuile de la nouvelle sélection, et devra placer dans son domaine la tuile sur laquelle il vient d’enlever son seigneur.

Concernant les règles de pose : votre tuile de départ est une tuile « Joker », vous pouvez donc y accoler ce que vous voulez. Par la suite, pour pouvoir poser une tuile, il faudra respecter 2 règles :
1) De la manière que pour les dominos, 1 des côtés de la tuile doit forcément correspondre avec la tuile adjacente.
2) Votre royaume ne peut pas dépasser un carré de 5×5.
Si vous ne pouvez pas respecter ces 2 règles, tant pis, la tuile est défaussée.

Déception ! Mauvaise anticipation de ma part,
impossible de placer cette tuile.

Voilà, on continue jusqu’à épuisement de la pile de tuiles.

C’est bien beau mais comment je gagne ???

Sur les tuiles de plus fortes valeurs, vous remarquerez la présence de couronnes.
Ces couronnes seront nécessaires pour marquer des points.
A la fin de la partie, vous allez comptabiliser les points de la manière suivante : les tuiles forment des régions de différents types (forêts, prairies, marécages, etc.) et chaque tuile composant une région où se trouve au moins une couronne vaut 1 point.
Ensuite, ce nombre de points est multiplié par le nombre de couronnes qu’il y a dans cette région.

Ici, le joueur marquera, par exemple, 9 points pour la région des marécages : 3 tuiles, 3 couronnes : 3 x 3 = 9 PV’s.
Pour la montagne, il ne possède que 1 tuile avec 2 couronnes, il marquera donc 2 PV’s.
Etc…





Ce qu’on en pense ?

Forcément, si on vous en parle, c’est qu’on a vraiment adoré Kingdomino.
C’est simple, ça s’explique en 5 minutes, c’est rapide (comptez 15 minutes pour une partie) et c’est malin (oui, c’est un peu mon terme du moment ^_^).
Le choix de la tuile est vraiment bien pensé et vous devez souvent choisir entre empêcher vos adversaires de se gaver de points ou optimiser votre domaine, bref, des choix mais pas trop.
Vous avez donc affaire à un jeu ultra accessible et qui pourtant arrivera à enthousiasmer les gros gamers.
Et puis 15 minutes pour une partie, ce n’est vraiment rien.
L’auteur mentionne également quelques variantes afin d’épicer un peu le jeu, comme des points supplémentaires si vous réussissez à garder votre château bien au centre de votre royaume ou si vous réussissez un carré parfait, et pour les plus aguerris, vous pourrez tenter la version 2 joueurs avec un domaine étendu à 7 x 7 !

Bruno Cathala frappe encore une fois très fort avec ce Kingdomino.
Avec KanaGawa, 7 Wonders Duel : Panthéon et Pocket Madness, ses autres sorties d’Essen, on peut dire qu’il n’a pas chômé.

De plus, on soulignera une très belle qualité éditoriale : thermoformage, tuiles très épaisses, de qualité, et fait très rare : déjà dépunché à l’ouverture de la boîte une fois.

Cela dit, malgré la très belle illustration de la cover, il manque un peu de vie sur ces tuiles, et surtout, un feuillet de score pour la fin de partie (pour un jeu aussi simple, il est presque dommage de s’amuser à faire du calcul mental en fin de partie) mais c’est vraiment le seul point négatif qu’on peut lui trouver pour le moment.
Accessibilité, temps de jeu parfait, prix très correct, qualité éditoriale…
Bref, aurait-on trouver LE cadeau à offrir en cette fin d’année ???

Bon jeu !
Al

Fiche technique :
Auteur : Bruno Cathala
Illustrateur : Cyril Bouquet
Prix : +/- 20€
Age : 8+
Durée : 15 minutes
Joueurs : de 2 à 4
Editeur : Blue Orange
Distribution Belgique : Geronimo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOT ALONE

25 octobre 2016

Plato Magazine

3 novembre 2016

%d blogueurs aiment cette page :